nouvelle-étude-composition-du-sol-lunaire
Une nouvelle étude réalisée par des géologues au Canada et aux États-Unis suggère qu’un dépôt de métaux précieux pourrait être enfoui profondément sous la surface de la lune.

Un dépôt de métaux précieux sous la surface de la Lune

James Brenan, professeur au département des sciences de la Terre et de l’environnement de Dalhousie et auteur principal de l’étude publiée dans Nature Geoscience, affirme que ses collègues et lui-même ont pu établir des parallèles entre les gisements de minéraux trouvés sur Terre et sur la Lune.
«Nous avons été en mesure de relier la teneur en soufre des roches volcaniques lunaires à la présence de sulfure de fer au plus profond de la Lune», a déclaré le Dr Brenan, collaborateur des géologues de l’Université Carleton et du Geophysical Laboratory de Washington. « L’examen des gisements minéraux sur Terre suggère que le sulfure de fer est un endroit idéal pour stocker des métaux précieux, comme le platine et le palladium.
Les géologues ont longtemps spéculé sur le fait que la Lune avait été formée par l’impact d’un objet de la taille d’une planète il y a 4,5 milliards d’années. En raison de cette histoire commune, on pense que ces deux corps ont une composition similaire.
Les premières mesures des concentrations de métaux précieux dans les roches volcaniques lunaires effectuées en 2006 ont toutefois révélé des niveaux inhabituellement bas, ce qui soulève une question qui déconcerte les scientifiques depuis plus d’une décennie quant aux raisons pour lesquelles il y en avait si peu.

Une nouvelle explication sur les niveaux étonnamment bas des métaux précieux

Le Dr Brenan a expliqué que ces faibles niveaux reflétaient un épuisement des métaux précieux de la Lune dans son ensemble. Cette nouvelle recherche, financée avec le soutien du Conseil des recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, offre une explication sur les niveaux étonnamment bas et ajoute un éclairage précieux sur la composition de la lune.
« Nos résultats montrent que le soufre dans les roches volcaniques lunaires est une empreinte digitale de la présence de sulfure de fer dans l’intérieur rocheux de la lune. Nous pensons que les métaux précieux ont été laissés sur la Lune lors de la création de la lave », dit-il.
Le Dr Brenan, ainsi que ses collègues Jim Mungall de l’Université Carleton et Neil Bennett, anciennement du Laboratoire de géophysique, ont mené des expériences pour recréer la pression et la température extrêmes de l’intérieur de la Lune afin de déterminer la quantité de sulfure de fer qui se formerait.
Ils ont mesuré la composition de la roche et du sulfure de fer obtenus et ont confirmé que les métaux précieux seraient liés par le sulfure de fer, les rendant ainsi indisponibles pour les magmas qui se déversaient à la surface de la Lune.
Le Dr Brenan a expliqué qu’il n’y avait probablement pas assez de ce minerai pour former un gisement, «mais certainement suffisant pour expliquer les faibles niveaux dans les laves lunaires».
Dr Brenan a déclaré qu’ils exigeraient d’analyser des échantillons de la partie profonde et rocheuse de la Lune où la lave lunaire a pris naissance afin de confirmer leurs découvertes.

Un territoire non forgé

Les géologues ont accès à des échantillons scientifiques situés à des centaines de kilomètres à l’intérieur de la Terre, mais ces matériaux n’ont pas encore été récupérés sur la Lune.
«Nous parcourons la surface de la Terre depuis assez longtemps. Nous avons donc une assez bonne idée de sa composition, mais avec la Lune, ce n’est pas du tout le cas», a-t-il déclaré.
«Nous avons un total de 400 kilogrammes d’échantillon qui ont été rapportés par les missions Apollo, c’est une quantité relativement petite. Donc, pour tout savoir ce qui se trouve à l’intérieur de la Lune, nous devons procéder à une sorte d’ingénierie inverse de la composition de la lave qui apparaît à la surface.  »
La télédétection par satellite laisse penser qu’il pourrait y avoir des affleurements dans les parties les plus profondes de la Lune, qui auraient été révélés après des impacts massifs formés dans le cratère de Schrödinger et de Zeeman dans le bassin Pôle Sud-Aitken.

Le pôle Sud serait un bon choix pour de futures missions d’échantillonnage

«C’est assez excitant de penser que nous pourrions retourner sur la Lune», déclare le Dr Brenan. « Et si nous le faisons, le pôle Sud semble être un bon choix pour de futurs échantillonnages. »
Source : Dalhousie University
Crédit photo : Pixabay

Qu'est-ce qui se cache sous la surface de la Lune ?martinEspace
Une nouvelle étude réalisée par des géologues au Canada et aux États-Unis suggère qu'un dépôt de métaux précieux pourrait être enfoui profondément sous la surface de la lune. Un dépôt de métaux précieux sous la surface de la Lune James Brenan, professeur au département des sciences de la Terre et de...