arachides-allergie-étude
Les personnes allergiques aux arachides peuvent avoir un nouveau moyen de se protéger contre des réactions allergiques graves lors d’une exposition accidentelle aux arachides.

Une méthode contre l’allergie aux arachides

Une recherche menée par le premier auteur Edwin Kim, MD, professeur adjoint de médecine à l’UNC School of Medicine, montre que l’SLIT (sublingual immunotherapy) pourrait offrir aux patients un moyen sûr et efficace de se protéger contre les réactions allergiques sévères.
« En tant que parent de deux enfants souffrant d’allergie aux noix, je connais la peur des parents et la nécessité de trouver de meilleurs traitements », a déclaré Kim, membre de l’Institut de recherche sur les enfants de l’UNC.
Les scientifiques cliniciens ont mis au point trois méthodes immunothérapeutiques principales pour traiter les allergies aux noix. Elles tentent toutes de désensibiliser le système immunitaire aux protéines des noix afin d’aider les patients à éviter les réactions allergiques sévères. Selon Kim, environ 100 mg de protéines d’arachides peuvent déclencher une réaction allergique grave. C’est le genre de réaction que les gens craignent de voir apparaître dans des aliments «fabriqués dans une installation où l’on traite de cacahuètes»
Une méthode d’immunothérapie implique un patch sur la peau qui libère une petite quantité de protéines d’arachides à travers la peau pour désensibiliser le système immunitaire. Cette approche s’est avérée sûre lors de recherches cliniques mais elle peut ne pas être aussi efficace que les chercheurs l’avaient espéré.

Une petite quantité de protéines d’arachide sous la langue

Au lieu de faire ingérer aux patients des protéines d’arachide, les médecins placent une petite quantité de protéines d’arachide sous la langue des patients, où elles sont immédiatement absorbées.
Comme la protéine d’arachide évite la digestion, les patients reçoivent beaucoup moins de protéines d’arachides – environ 0,0002 mg au départ. Cette quantité augmente ensuite au cours des mois pour atteindre seulement 2 mg. Depuis lors, Kim et ses collègues ont suivi 48 patients suivant ce protocole de 2 mg par jour pendant cinq ans.
Dans le document les chercheurs ont montré que 67% de ces patients étaient capables de tolérer au moins 750 mg de protéines d’arachides sans effets secondaires graves. Environ 25% pouvaient tolérer 5000 mg. L’effet indésirable le plus fréquent était une démangeaison autour de la bouche qui a duré environ 15 minutes et qui n’a pas nécessité de traitement. Personne n’a quitté l’étude pluriannuelle à cause des effets secondaires.
« Les participants à cette étude ont toléré entre 10 et 20 fois plus de protéines d’arachide qu’il n’en faudrait pour que quelqu’un tombe malade », a déclaré Kim. Le laboratoire de Kim a terminé une étude distincte de 4 mg par jour pour 55 patients sur une période de quatre ans. Il espère publier les résultats plus tard cette année. « Grâce à l’immunothérapie sublinguale, nous espérons pouvoir maintenir notre profil de sécurité tout en constatant un bénéfice encore plus grand pour les patients », a déclaré Kim.

La SLIT serait une bonne option pour certains patients

« Nous nous concentrons sur l’idée qu’il n’y a pas de médicament parfait contre les allergies alimentaires », a déclaré Kim. Les médecins, les patients et les parents devront prendre de nombreuses décisions concernant la meilleure méthode de traitement pour chaque patient.  » Nous pensons que la SLIT pourrait être une bonne option pour un sous-ensemble de patients. ».

Cette recherche a été publiée dans le Journal of Allergy and Clinical Immunology.
Source : UNC School of Medicine
Crédit photo : Pixabay