Des physiciens doutent des résultats de LIGO

Pas de commentaire
Physique https://live.staticflickr.com/65535/48712302278_a5240e4644_b.jpg https://live.staticflickr.com/65535/48712302278_a5240e4644_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/09/10/des-physiciens-doutent-des-resultats-de-ligo/#respond
676

ondes-gravitationnelles-LIGO-résultats-non-concluants

La collaboration LIGO, lauréate d’un prix Nobel, a publié un article décrivant plus en détail comment il analyse les signaux des ondes gravitationnelles, en partie à la suite d’une enquête menée par New Scientist. Mais certains physiciens disent encore que le travail de LIGO contient des erreurs.

Des physiciens disent que le travail de LIGO contient des erreurs

Presque personne ne doute de l’existence des ondes gravitationnelles. Elles sont une prédiction de la relativité générale, une théorie de la physique très connue. Lorsque l’Observatoire d’ondes gravitationnelles à interféromètre laser (LIGO) a annoncé pour la première fois en avoir détecté en 2016. Mais une équipe de chercheurs basée à l’Institut Niels Bohr de Copenhague, au Danemark, s’est depuis demandé si l’analyse du signal de LIGO était fiable.

Les détecteurs de LIGO ont pour but de repérer l’espace compressé et comprimé de manière rythmique. Pour ce faire, ils tirent des lasers le long de tubes d’environ 4 km de long et vérifient l’évolution de la distance parcourue. Cependant, ces changements sont minimes et les détecteurs captent des bruits aléatoires, tels que des tremblements sismiques faibles, ainsi que des ondes gravitationnelles.

Afin de minimiser les risques de bruit générant de fausses lectures, LIGO a tout d’abord utilisé deux détecteurs distants de 3000 km. Le bruit ressenti par chacun devrait être totalement différent. Cependant, le groupe danois a affirmé avoir trouvé des similitudes dans le bruit observé par les deux détecteurs lors de l’observation de cette première onde gravitationnelle.

Une publication de LIGO

Cela suggère que le traitement du signal de LIGO n’a pas été effectué correctement, a déclaré l’équipe. Une enquête menée par New Scientist avait déjà fait état de tout cela et avait révélé davantage d’irrégularités dans la présentation des données de LIGO. Cela a incité la collaboration LIGO à promettre une justification complète de ses techniques, qui a maintenant été publiée.

La collaboration LIGO, qui a été complétée par un troisième détecteur en Italie, est confiante dans ses méthodes, indique le journal. Il dit qu’il n’y a aucune corrélation anormale ou imprévue à voir». Cela suggère également que l’analyse danoise est imparfaite. «Le groupe danois a négligé de mettre en œuvre les étapes fondamentales de l’analyse», a déclaré Patrick Brady, porte-parole de l’Université du Wisconsin-Milwaukee, et porte-parole de LIGO.

Cela inclut le «fenêtrage» des données, qui isole des fréquences de vagues particulières pour une analyse. Cependant, les chercheurs danois insistent toujours sur le fait que ce fenêtrage est une erreur, car il fausse le signal et rend l’analyse ultérieure peu fiable. «Les techniques de fenêtrage des données adoptées par LIGO sont connues pour déformer les phases», explique Andrew Jackson, porte-parole du groupe danois.

Des mauvaises vibrations

Jackson et ses collègues s’opposent également à l’utilisation par LIGO de données «blanchies». Cette pratique consiste à réduire le niveau des fréquences saillantes dans le signal, qui résulte de la vibration des fils qui suspendent les miroirs de guidage laser dans le détecteur. Le groupe danois pense que cela crée également des distorsions.

Le groupe ne peut pas le prouver, car LIGO n’a pas publié suffisamment de données brutes. Cependant, le nouveau document de LIGO indique que quatre groupes indépendants ont analysé les données disponibles et que leurs résultats corroborent les conclusions de LIGO.

John Moffatt et Martin Green, de l’Institut Perimeter pour la physique théorique au Canada, font partie de ces scientifiques externes. Ils ne sont pas d’accord avec l’analyse du groupe danois. «Je reste convaincu que leurs analyses et leurs conclusions ne sont pas correctes», déclare Green.

Cette recherche a été pré-publiée dans arXiv.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

https://live.staticflickr.com/65535/48712302278_a5240e4644_b.jpg

0 thoughts on “Des physiciens doutent des résultats de LIGO”

Écrivez ou commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *