un-pesticide-rend-les-oiseaux-anorexiques
Lorsque les oiseaux migrent, le moment est primordial. S’ils partent trop tard ils peuvent ne pas trouver de la bonne nourriture, un bon compagnon ou un bon site de nidification. De nouvelles études montrent toutefois que c’est ce qui peut arriver aux migrants qui ont la malchance de manger des semences contenant des pesticides.

Les pesticides nuisent aux oiseaux

Des toxicologues étudiant des moineaux à couronne blanche ont montré que ces grands oiseaux grisâtres deviennent anorexiques après avoir consommé des pesticides néonicotinoïdes, ce qui leur fait perdre du poids et retarde leur voyage vers le Sud. Cette étude pourrait également s’appliquer à d’autres oiseaux – et aider à expliquer le déclin spectaculaire des oiseaux chanteurs des dernières décennies, selon les chercheurs.
Les néonicotinoïdes constituent la classe de pesticides la plus largement utilisée dans le monde. Ils protègent les semences des insectes résistants à d’autres pesticides. Mais des scientifiques ont récemment découvert qu’ils pouvaient décimer les pollinisateurs comme les abeilles et les bourdons. Ces préoccupations ont amené l’Union européenne à interdire trois de ces composés en 2018.
Des études de laboratoire ont montré que les néonicotinoïdes rendaient malades des oiseaux, mais il n’existait aucune donnée sur leurs effets sur les oiseaux sauvages, qui plongent souvent dans les champs pour fouiner dans les graines contenant des pesticides. Margaret Eng, écotoxicologue à l’Université de la Saskatchewan à Saskatoon, au Canada, et ses collègues se sont mis au travail pour comprendre les effets des pesticides sur les oiseaux migrateurs.

Un test pour vérifier les effets des néonicotinoïdes

Les chercheurs ont capturé des dizaines de moineaux dans la province du Sud de l’Ontario au Canada, alors que les oiseaux migraient de l’Arctique vers le Sud des États-Unis. Ils ont gardé ces oiseaux dans des cages avec de la nourriture et de l’eau pendant 6 heures. Une douzaine d’entre eux environ ont reçu de faibles doses d’un néonicotinoïde, l’imidaclopride, ce qui équivaut à ce qu’ils pourraient ingérer s’ils avaient mangé plusieurs graines dans un champ.
Une douzaine d’autres ont reçu une dose inférieure de pesticide et les oiseaux témoins ont été manipulés de la même manière mais sans pesticide. Au bout de 6 heures, Eng a placé un minuscule émetteur radio sur le dos de chaque oiseau et l’a relâché sur un site de 100 000 km carrés en Ontario, où 93 tours de radio suivaient les animaux marqués.
En quelques heures, les oiseaux ayant reçu la plus forte dose de pesticide ont perdu en moyenne 6% de leur poids corporel et environ 17% de leurs réserves de graisse rapportent les chercheurs dans Science.
De plus, les oiseaux ne se sont pas rétablis rapidement lorsqu’ils ont été relâchés. La moitié des oiseaux exposés aux fortes doses ont fait un séjour supplémentaire de 3,5 jours ou plus en Ontario. Ce document fournit «un ensemble d’observations convaincantes» qui montre comment même de faibles doses de néonicotinoïdes peuvent affecter la survie et la reproduction des oiseaux, explique Mark Jankowski, toxicologue à l’Université du Minnesota à St. Paul, qui n’a pas participé à ces travaux.

Les pays auront-ils la volonté politique d’interdire ces pesticides ?

Peu de chercheurs pensent que les États-Unis ou le Canada auront la volonté politique d’interdire les néonicotinoïdes malgré les inconvénients, car ils protègent très bien les plantes.
Source : Science
Crédit photo : Pixabay

Un pesticide rend les oiseaux migrateurs anorexiquesmartinPollution
Lorsque les oiseaux migrent, le moment est primordial. S'ils partent trop tard ils peuvent ne pas trouver de la bonne nourriture, un bon compagnon ou un bon site de nidification. De nouvelles études montrent toutefois que c’est ce qui peut arriver aux migrants qui ont la malchance de manger...