cancer-personne-chauve-découverte-follicule-pileux
L’une des conséquences des traitements de chimiothérapies contre le cancer, est la perte des cheveux. Cette condition est particulièrement difficile à accepter pour les femmes surtout si cela est permanent.

Des inhibiteurs des CDK4/6 contre la perte de cheveux

Mais des scientifiques ont mis au point un nouveau moyen de protéger le follicule pileux de la chimiothérapie afin de prévenir la perte de cheveux résultant du traitement du cancer. L’étude du laboratoire du Professeur Ralf Paus du Centre de recherche en dermatologie, publiée dans la revue EMBO Molecular Medicine, explique comment prévenir les lésions du follicule pileux causées par les taxanes, des médicaments anticancéreux pouvant entraîner une chute définitive des cheveux.
Pour ce faire, les scientifiques ont exploité les propriétés d’une nouvelle classe de médicaments, les inhibiteurs des CDK4/6, qui bloquent la division cellulaire et qui sont déjà approuvés par les médecins en tant que traitements anticancéreux «ciblés».
Le Dr Talveen Purba, auteur principal de cette étude, explique: «bien que cela semble au premier abord contre-intuitif, nous avons constaté que les inhibiteurs des CDK4/6 peuvent être utilisés temporairement pour interrompre la division cellulaire sans provoquer d’effets toxiques dans le follicule pileux. Lorsque nous avons immergé ces inhibiteurs dans des follicules pileux du cuir chevelu cultivés en laboratoire, les follicules pileux étaient beaucoup moins sensibles aux effets néfastes des taxanes »

Protéger les cellules spécialisées situées à la base du follicule pileux 

Les taxanes sont des médicaments anticancéreux très importants couramment utilisés pour traiter, par exemple, les patients atteints d’un cancer du sein ou du poumon, et provoquent en particulier une gêne chez les patientes atteintes du cancer du sein en raison de la perte de cheveux permanente que les taxanes peuvent induire. Aux États-Unis, des milliers de patients poursuivent en justice le groupe pharmaceutique Sanofi pour ne pas avoir averti du risque de la perte de cheveux permanente après un traitement avec des taxanes le Taxotere.
Le Dr Purba a souligné: «l’un des piliers de notre étude consistait à commencer par comprendre exactement comment les follicules pileux réagissaient à la chimiothérapie à base de taxanes, et nous avons constaté que les cellules spécialisées situées à la base du follicule pileux étaient essentielles à la production des poils, et les cellules souches dont elles sont issues sont les plus vulnérables aux taxanes. Par conséquent, nous devons protéger le plus possible ces cellules. »

Développer un traitement contre la perte permanente des cheveux

Il a ajouté: «nous ne savons pas vraiment pourquoi certains patients perdent plus de cheveux que d’autres alors qu’ils prennent le même médicament et la même dose, et pourquoi certains traitements de chimiothérapie et combinaisons de médicaments ont des résultats moins bons que d’autres» Nous avons besoin de temps pour développer davantage d’approches comme celle-ci non seulement pour prévenir la perte de cheveux, mais également pour favoriser la régénération du follicule pileux chez les patients qui ont déjà perdu leurs cheveux de façon permanente à cause de la chimiothérapie. »
Source :  University of Manchester
Crédit photo : PXhere