des-petites-bulles-mieux-que-la-chimiothérapie
Les cellules saines de notre corps libèrent des bulles de taille nanométrique qui transfèrent le matériel génétique tel que l’ADN et l’ARN à d’autres cellules. C’est votre ADN qui stocke les informations importantes nécessaires à la production des protéines par l’ARN et veille à ce qu’elles agissent en conséquence.

Utiliser des bulles pour véhiculer des médicaments

Selon une nouvelle étude menée par la Michigan State University et la Stanford University, ces bulles extracellulaires pourraient devenir de mini-transporteurs de médicaments et de gènes qui cibleraient les cellules cancéreuses et les tueraient.
«Ce que nous avons fait, c’est améliorer une approche thérapeutique pour délivrer des gènes producteurs d’enzymes capables de convertir certains médicaments en agents toxiques», a déclaré Masamitsu Kanada, auteur principal et professeur assistant de pharmacologie et de toxicologie à l’Institute for Quantitative Health de MSU.
Ces médicaments, ou promédicaments, commencent par être des composés inactifs. Mais une fois qu’ils se métabolisent dans le corps, ils sont immédiatement activés et peuvent lutter efficacement contre le cancer et plusieurs autres maladies, L’aspirine est un exemple de pro-médicament commun.
Dans cette étude, les chercheurs ont utilisé ces bulles extracellulaires pour délivrer les gènes producteurs d’enzymes qui pourraient activer une thérapie de combinaison de précurseurs de ganciclovir et de CB1954 dans des cellules de cancer du sein. L’ADN de minicircle et le plasmide régulier – deux vecteurs de gènes différents qui agissent comme des mécanismes de délivrance supplémentaires pour l’ADN – ont été chargés dans les bulles pour déterminer le meilleur moyen de faciliter le traitement du transport.

L’ADN de minicercle était 14 fois plus efficace pour délivrer des médicaments

Ils ont découvert que l’ADN de minicercle était 14 fois plus efficace à la livraison et encore plus efficace pour tuer les tumeurs cancéreuses. « Il est intéressant de noter que la méthode d’administration par plasmide n’a montré aucune destruction de cellules tumorales », a déclaré Kanada. « Pourtant, la thérapie à base d’ADN minicircle a tué plus de la moitié des cellules de cancer du sein chez les souris. »
Selon Kanada, cette nouvelle approche pourrait devenir une meilleure option de traitement contre le cancer que la chimiothérapie. «La chimiothérapie conventionnelle ne permet pas de différencier les tumeurs des tissus normaux, elle attaque donc tout ce qu’elle rencontre dans le corps», a déclaré Kanada. « Cette non-spécificité peut provoquer des effets secondaires graves et une concentration insuffisante du médicament dans les tumeurs. »
Avec ces bulles, le traitement peut être ciblé et, du fait de sa compatibilité avec le corps humain, ce type d’administration pourrait minimiser le risque de réponses immunitaires indésirables pouvant être associées à d’autres thérapies géniques. « Si ces bulles se révélaient efficaces chez l’homme, ce serait une plate-forme idéale pour la transmission des gènes et elle pourrait être utilisée chez l’homme plus tôt que prévu », a déclaré M. Kanada.

L’équipe continuera à améliorer cette approche

Un essai clinique de phase 1, distinct des travaux de Kanada, devrait bientôt commencer aux États-Unis. Il utilisera ces bulles-véhicules et un type de molécule d’ARN thérapeutique pour le traitement du cancer du pancréas métastatique. Pendant que cet essai avancera, M. Kanada et son équipe continueront à concevoir et à tester ces bulles-véhicules, améliorant ainsi leur efficacité et leur sécurité, de sorte que leur utilisation en tant que thérapie génique destinée à combattre le cancer chez l’homme devienne une réalité.
Cette recherche a été publiée dans Molecular Cancer Therapeutics.
Source :  Michigan State University
Crédit photo : Pixabay

De petites bulles mieux que la chimiothérapie contre le cancermartinbiothechnologie
Les cellules saines de notre corps libèrent des bulles de taille nanométrique qui transfèrent le matériel génétique tel que l'ADN et l'ARN à d'autres cellules. C’est votre ADN qui stocke les informations importantes nécessaires à la production des protéines par l’ARN et veille à ce qu’elles agissent en conséquence. Utiliser...