une-femme-sur-16-forcée-avoir-relation-sexuelle-aux-USA
La première fois qu’une fille et une femme sur 16 aux États-Unis ont eu des rapports sexuels, elles ont été forcées, physiquement ou par d’autres types de pression.

Des premiers rapports sexuels forcés

Ce chiffre provient d’une analyse d’une enquête nationale régulière sur la santé et la vie familiale réalisée par les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis.
Laura Hawks de l’école de médecine de Harvard et ses collègues ont analysé les réponses de 13 000 femmes âgées de 18 à 44 ans ayant répondu au sondage au cours des huit dernières années. Environ 6,5% ont déclaré que leur première expérience de relations sexuelles vaginales avec un homme n’était pas volontaire. Les chercheurs ont utilisé le terme «forcé» pour ceux qui ont répondu «non volontaire».
Environ la moitié de ces répondantes ont déclaré avoir été retenues. Environ un quart avait été blessé physiquement et un autre menacé physiquement, même s’il y avait des chevauchements entre les groupes.
Environ la moitié ont déclaré avoir fait l’objet de pressions verbales, par exemple avoir été informées que la relation prendrait fin sauf si elles avaient des relations sexuelles, et un cinquième a déclaré qu’on leur avait administré de l’alcool ou de la drogue.

Un énorme déséquilibre du pouvoir

Même en l’absence de contrainte physique, l’âge moyen des femmes forcées à avoir des rapports sexuels était de 15 ans et celui des hommes de 27 ans, dit Hawks. « Vous obtenez automatiquement une image d’un énorme déséquilibre du pouvoir », dit-elle.
La différence d’âge entre les premiers rapports sexuels était moins marquée: l’âge moyen était de 17 ans pour les femmes et de 21 ans pour le partenaire masculin. Ceux qui étaient forcés étaient également plus pauvres et avaient en moyenne une éducation moins avancée.
Une version précédente de l’enquête de 1995 révélait une prévalence légèrement plus élevée des relations sexuelles forcées pour la première fois, soit 9%. Cette recherche concernait un groupe de jeunes de 15 à 24 ans et la question était formulée de manière légèrement différente.
«Nous savons depuis des décennies que la prévalence du sexe coercitif est très élevée», déclare Petra Boynton, psychologue sociale basée au Royaume-Uni, qui n’a pas participé à cette étude.

L’importance de l’éducation sexuelle notamment le consentement

Ces résultats montrent l’importance de l’éducation sexuelle, y compris sur le sujet du consentement, dit Boynton. Dans certaines régions des États-Unis, l’éducation sexuelle met l’accent sur la promotion de l’abstinence, ce qui, selon elle, peut avoir un effet néfaste sur la réduction du viol.  «L’éducation sexuelle basée uniquement sur l’abstinence implique souvent que tous les garçons sont des prédateurs et que les filles ne peuvent pas avoir leur mot à dire», dit-elle.
Cette recherche a été publiées dans JAMA Internal Medicine.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Une femme sur 16 a été forcée d'avoir des relations sexuelles aux USAmartinSociété
La première fois qu’une fille et une femme sur 16 aux États-Unis ont eu des rapports sexuels, elles ont été forcées, physiquement ou par d’autres types de pression. Des premiers rapports sexuels forcés Ce chiffre provient d'une analyse d'une enquête nationale régulière sur la santé et la vie familiale réalisée par...