le-mystère-de-la-marche-humaine-expliquée-par-un-fossile
Nous avons peut-être mal compris l’un des plus grands mystères de l’évolution humaine. Pendant des décennies, on ne savait pas trop pourquoi nous avions commencé à marcher sur deux jambes au lieu de marcher à quatre pattes, comme le faisaient nos ancêtres grands singes. Mais de nouvelles preuves suggèrent que les premiers grands singes ont peut-être bougé un peu comme nous.

Rudapithecus expliquerait pourquoi nous marchons debout

Cela signifie que le vrai mystère n’est pas de savoir pourquoi nous marchons sur deux jambes, mais pourquoi nous sommes restés fidèles à ce style de marche pendant que les autres grands singes matchaient à quatre pattes.
Les humains sont l’une des quatre principales formes de grands singes aujourd’hui. Les animaux des trois autres groupes – les chimpanzés, les bonobos, les gorilles et les orangs-outans – utilisent généralement les quatre membres lorsqu’ils se déplacent sur le sol.
Les chercheurs ont toujours pensé que marcher à quatre pattes était la condition primitive et que nos ancêtres étaient les seuls grands singes à avoir évolué pour marcher sur deux jambes. Mais Carol Ward de l’Université du Missouri a déclaré que la Terre abritait des dizaines de grands singes au cours des 20 derniers millions d’années. Plus nous en apprendrons sur eux, plus il semblerait que les grands singes à quatre pattes soient ceux qui sont inhabituels. «Les grands singes modernes, comme les chimpanzés, sont vraiment bizarres», dit-elle.
La dernière preuve vient d’un premier grand singe appelé Rudapithecus qui vivait dans ce qui est aujourd’hui la Hongrie il y a environ 10 millions d’années. Ward et ses collègues, y compris David Begun de l’Université de Toronto, ont passé plusieurs années à examiner soigneusement un pelvis de Rudapithecus qui a été découvert par Begun en 2006.
Leur analyse montre qu’il ressemblait étonnamment au nôtre sur un point important: la distance entre les emboîtures de la hanche et le point où le bassin entre en contact avec la base de la colonne vertébrale était relativement courte.
Ward dit que cela implique que Rudapithecus avait un bas du dos long et flexible comme le nôtre. En raison de la manière dont notre colonne vertébrale fléchit au-dessous de la cage thoracique, nous pouvons courber notre bas du dos et porter le poids de notre torse sur nos hanches pour faciliter la marche debout. Ward soupçonne que Rudapithecus pouvait le faire dans une certaine mesure, ce qui implique qu’il pouvait marcher facilement sur deux jambes.

Le bassin des grands singes est beaucoup plus grand

Dans la famille des grands singes, le bassin est généralement beaucoup plus grand, de sorte que la distance entre la prise des hanches et la colonne vertébrale est plus grande. «Le bassin atteint presque la cage thoracique», explique Ward. C’est une différence énorme. »Cela signifie que les chimpanzés et les autres grands singes vivants ont un bas du dos rigide qui ne peut ni se plier ni se courber, ce qui rend la marche sur deux jambes difficiles.
Nous avons déjà vu un bassin court, indiquant une colonne vertébrale inférieure flexible, chez nos ancêtres, y compris Ardipithecus, âgé de 4,4 millions d’années. « La raison pour laquelle Rudapithecus est si important c’est qu’il est beaucoup plus vieux qu’Ardipithecus et des autres hominines », explique Ward. Cela suggère que le bassin court que nous voyons chez Ardipithecus n’était pas une caractéristique unique apparue pour la première fois chez nos ancêtres. C’était un trait aux racines profondes qui remontaient aux premiers grands singes qui vivaient il y a au moins 10 millions d’années.
Ward dit que ces idées «se cachent dans l’ombre» depuis un certain temps. Par exemple, une étude menée en 2017 par Sergio Almécija et Ashley Hammond, tous deux actuellement au Musée américain d’histoire naturelle à New York, a examiné les proportions du bassin chez les grands singes afin de prédire la forme du bassin à différents points de l’arbre évolutif. Ils ont conclu que les premiers grands singes n’avaient pas de long bassin ressemblant à des chimpanzés. Mais Ward dit que nous pouvons avoir beaucoup plus confiance dans de telles conclusions lorsqu’elles sont basées sur de vrais fossiles.
Tout cela signifie que nous avons peut-être posé les mauvaises questions sur l’évolution de notre style de marche. Le vrai question n’est pas de savoir pourquoi nous marchons sur deux jambes, mais pourquoi nos cousins les grands singes ne le font pas.

Une questions de taille

Ward pense que la réponse est réduite à la taille. Rudapithecus était plus petit qu’un chimpanzé, et il passait probablement la plupart de son temps dans les arbres, gardant le dos à la verticale alors qu’il marchait et pendait sous des branches. Mais les animaux plus lourds qui font la même chose risqueraient d’endommager leur dos, dit Wars.
Elle pense que c’est la raison pour laquelle les chimpanzés, les gorilles et les orangs-outans ont indépendamment développé un bassin plus grand pour rigidifier le dos et protéger la colonne vertébrale.
Les hominines sont aussi des grands singes, alors pourquoi avons-nous commencé à nous tenir à deux jambes? Ward soupçonne simplement que nos ancêtres ont évolué pour passer moins de temps dans les arbres avant que leurs corps ne deviennent plus grands. Cela signifie que lorsqu’ils ont grandi, il n’était pas nécessaire de raidir le dos pour protéger la colonne vertébrale du stress des branches suspendues.

Nos ancêtres ont trouvé un moyen alternatif de se déplacer

Almécija pense que cette idée est plausible. «Je pense que les premiers hominines ont juste trouvé un moyen alternatif de se déplacer sur le sol tout en ayant une posture droite», dit-il. « Donnez-moi une machine à remonter le temps et je vais tester cela. »
Cette recherche a été publiée dans Journal of Human Evolution.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Le mystère de la marche debout expliquée par un fossilemartinBiologie
Nous avons peut-être mal compris l'un des plus grands mystères de l'évolution humaine. Pendant des décennies, on ne savait pas trop pourquoi nous avions commencé à marcher sur deux jambes au lieu de marcher à quatre pattes, comme le faisaient nos ancêtres grands singes. Mais de nouvelles preuves suggèrent...