rochers-fossiles-bactéries-vielles-de-milliards-années
Nous avons finalement découvert des preuves tangibles que des roches vieilles de 3,5 milliards d’années en Australie contiennent vraiment des fossiles des plus anciens microorganismes connus.

Des bactéries fossilisées vieilles de 3,5 milliards d’années 

Ces résultats ont mis un terme à un débat qui fait rage depuis des années et qui pourrait même nous éclairer sur le fonctionnement de certaines des formes de vie les plus anciennes de la Terre.
Raphael Baumgartner de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud en Australie et ses collègues ont étudié les roches de la région de Pilbara en Australie-Occidentale. Cette zone contient certaines des roches les plus anciennes préservées sur Terre. Des trois sites les plus importants, la Formation de Dresser est le plus ancien, avec des roches qui ont 3,48 milliards d’années.
La Formation de Dresser semble contenir des structures stratifiées appelées stromatolites. On sait qu’elles se forment lorsque des microbes se développent en couches minces, qui deviennent ensuite recouvertes de sédiments, pour ne former qu’une autre couche de microbes par-dessus, et ainsi de suite.
Cependant, de nombreux chercheurs ne sont pas convaincus que ces structures rocheuses sont réellement des stromatolithes, arguant qu’elles auraient pu se former sans la présence de vie.

Des brins comme les biofilms

L’équipe de Baumgartner a foré dans ces roches pour obtenir des échantillons les mieux conservés. Ils ont trouvé de nombreuses couches qui ressemblaient à des stromatolithes. Celles-ci contenaient des  » matières organiques exceptionnellement bien préservées « , dit Baumgartner, y compris des brins comme ceux que l’on voit lorsque des microbes forment des couches visqueuses appelées biofilms. De multiples analyses chimiques indiquent que cette matière organique provient d’organismes vivants.
« Nous avons trouvé des preuves évidentes pour certaines des premières formes de vies sur Terre « , dit Baumgartner. « Il n’y a pas de matière organique convaincante ou de restes microbiens plus anciens que les nôtres. »
Il y a beaucoup de revendications de fossiles plus anciens, ou de traces chimiques de vie, certaines datant d’il y a plus de 4 milliards d’années. Mais aucune n’a été entièrement acceptée. La matière organique trouvée par l’équipe de Baumgartner était principalement piégée dans un minéral appelé pyrite qui est faite de fer et de soufre.

Le soufre comme source d’énergie

« La pyrite est extraordinaire, dit Baumgartner. Comme les microbes sont si bien conservés, ils ont dû se former rapidement, peut-être même de leur vivant. Si c’est vrai, cela pourrait révéler leur stratégie de survie. Certains microbes modernes vivent en ingérant du soufre et produisent de la pyrite comme déchet. Les microbes de la Formation Dresser ont peut-être fait la même chose, dit Baumgartner.
La pyrite peut même avoir joué un rôle dans l’origine de la vie, si la première vie a utilisé le soufre comme source d’énergie. C’est la base de l’hypothèse du monde fer-soufre qui a été proposée par Günter Wächtershäuser à la fin des années 1980.
Baumgartner dit qu’il n’est pas clair dans quel genre d’environnement ses stromatolithes se sont formés. En 2017, sa collègue Tara Djokic a montré que certaines parties de la formation de Dresser préservent les sources d’eau chaude de la terre ferme, mais que d’autres régions semblent avoir été peu profondes. Baumgartner soupçonne que la formation de Dresser préserve une région côtière. « Nous pouvons en déduire que l’origine de la vie était proche, dit-il.
« Ils ont fait du bon travail « , dit Lindsay Hays, scientifique adjointe du programme d’astrobiologie de la NASA à Washington, DC. « Je ne peux pas dire si c’est vrai ou pas « , prévient-elle, car un examen plus approfondi de ces roches peut révéler d’autres explications.

Des preuves convaincantes

Cependant, elle dit que les preuves de Baumgartner sont fondées sur de multiples techniques, ce qui les rend plus fiables. C’est devenu la norme dans ce genre de travail, non pas simplement pour dire : « nous avons examiné cette seule source de données et elle a montré ce que nous espérions qu’elle nous montrerait », mais plutôt : « nous avons examiné plusieurs sources de données et elles sont toutes alignées ensemble ».
Cette recherche a été publiée dans Geology.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Des microbes fossilisés d'il y a 3,5 milliards d'années martinDécouverte
Nous avons finalement découvert des preuves tangibles que des roches vieilles de 3,5 milliards d'années en Australie contiennent vraiment des fossiles des plus anciens microorganismes connus. Des bactéries fossilisées vieilles de 3,5 milliards d'années  Ces résultats ont mis un terme à un débat qui fait rage depuis des années et qui...