métaux-nocifs-dans-la-fumée-des-cigarettes-électroniques
Une équipe de scientifiques de l’Université de Californie, Riverside, a découvert que la concentration de métaux dans les vapeurs de cigarettes électroniques a augmenté depuis l’introduction des cigarettes électroniques de type réservoir en 2013.

La fumée des e-cigarettes contiennent des métaux nocifs

Les cigarettes électroniques, qui se composent d’une pile, d’une unité de pulvérisation et d’une recharge de liquide, sont maintenant disponibles dans de nouveaux modèles de type réservoir, équipés de piles plus puissantes et de réservoirs de plus grandes capacités pour stocker plus de liquide de recharge. Mais les piles à haute puissance et les atomiseurs utilisés dans ces nouveaux modèles peuvent modifier les concentrations des métaux qui se transfèrent dans l’aérosol.
« Ces e-cigarettes de type réservoir fonctionnent à une tension et à une puissance plus élevées, ce qui entraîne des concentrations plus élevées de métaux, comme le plomb, le nickel, le fer et le cuivre, dans leurs aérosols « , a déclaré Monique Williams, chercheuse postdoctorale au département de biologie moléculaire, cellulaire et systémique, et première auteure du rapport de recherche qui a été publiée dans Scientific Reports.
« La plupart des métaux contenus dans les aérosols des e-cigarettes proviennent probablement du fil de nichrome, des joints de soudure à l’étain, des pinces en laiton, des gaines isolantes et des mèches – des composants de l’atomiseur. »
Les chercheurs ont examiné six cigarettes électroniques de type réservoir et ont découvert que tous les aérosols contenaient des métaux qui semblaient provenir des atomiseurs. De plus, ils ont découvert que le modèle ayant le moins de pièces métalliques dans son atomiseur avait le moins de métaux dans son aérosol.

Ils ont trouvé 19 métaux dont certains sont cancérigènes 

Des 19 métaux qu’ils ont trouvés, l’aluminium, le calcium, le chrome, le cuivre, le fer, le plomb, le magnésium, le nickel, le silicium, l’étain et le zinc provenaient des composants des unités de pulvérisation.
« Les concentrations de métaux, comme le plomb, dans les aérosols ont augmenté avec la tension, a dit M. Williams. « Les concentrations de certains éléments comme le chrome, le plomb et le nickel, étaient suffisamment élevées pour constituer un problème de santé. Nous avons constaté que les concentrations de chrome, de cuivre, de plomb, de nickel et de zinc dépassaient la limite d’exposition admissible proposée par la Occupational Safety and Health Administration. »
Le chrome, le plomb et le nickel sont des cancérigènes reconnus. Une exposition prolongée au chrome pourrait causer des effets gastro-intestinaux, le cancer du nez et du poumon, une irritation des voies respiratoires et une altération de la fonction pulmonaire. Une exposition prolongée au plomb pourrait provoquer des vomissements, de la diarrhée, des effets cardiovasculaires et le cancer du poumon. L’inhalation de nickel peut causer une maladie pulmonaire, des dommages aux fosses nasales, une irritation pulmonaire, une inflammation pulmonaire, une hyperplasie des cellules pulmonaires et une fibrose.
Les chercheurs ont analysé les six réservoirs suivants et les atomiseurs de : Kangertech Protank, Aspire Nautilus tank, Kanger T3S tank, Tsunami 2.4, Smok tank, and Clone. Ils ont recueilli les aérosols de ces marques à l’aide de deux méthodes et ont constaté que les concentrations totales de métaux variaient, allant de 43 à 3 138 microgrammes par litre avec la méthode de collecte par « impacteur » et de 226 à 6 767 microgrammes par litre avec la méthode par « piège froid ».

Des résultats préoccupants pour la santé

« Lorsque des piles plus puissantes sont utilisées dans ces e-cigarettes de type réservoir, leurs unités d’atomisation peuvent atteindre des températures supérieures à 300°Celsius, ce qui pourrait produire des sous-produits nocifs « , a déclaré Prue Talbot, professeur de biologie cellulaire, qui a dirigé l’équipe de recherche. « La présence de métaux lourds, y compris certains cancérigènes, dans les aérosols de cigarettes électroniques est préoccupante car, en cas d’exposition prolongée, ils peuvent avoir des effets néfastes sur la santé.
« Nos données sur les e-cigarettes de type réservoir et les concentrations de métaux qu’elles fournissent peuvent être utiles aux organismes de réglementation, aux fournisseurs de soins de santé et aux consommateurs « , a-t-elle ajouté.
Source : University of California, Riverside
Crédit photo : Pixabay

Des métaux nocifs dans la fumée des e-cigarettesmartinBiologie
Une équipe de scientifiques de l'Université de Californie, Riverside, a découvert que la concentration de métaux dans les vapeurs de cigarettes électroniques a augmenté depuis l'introduction des cigarettes électroniques de type réservoir en 2013. La fumée des e-cigarettes contiennent des métaux nocifs Les cigarettes électroniques, qui se composent d'une pile, d'une...