la-planète-neuf-serait-un-petit-trou-noir
Depuis près de 5 ans, de plus en plus de scientifiques blâment les orbites étranges des objets du système solaire lointain sur les effets gravitationnels d’une « planète Neuf » encore inconnue qui se trouverait dans une région glaciale bien au-delà de Neptune. Mais deux physiciens ont maintenant une idée intrigante qui pourrait offrir une nouvelle façon de chercher cet objet mystérieux: et si cette prétendue planète était en fait un petit trou noir ?

La planète Neuf serait un trou noir

Des études antérieures avaient suggéré que la planète neuf, que certains astronomes appellent « planète X », aurait une masse entre cinq et 15 fois celle de la Terre et se trouverait entre 45 milliards et 150 milliards de kilomètres du Soleil. À une telle distance, un objet recevrait très peu de lumière du Soleil, ce qui le rendrait difficile à voir avec des télescopes.
Pour détecter des objets de cette masse, qu’il s’agisse de planètes ou de trous noirs, les astronomes peuvent chercher d’étranges taches de lumière qui se forment lorsque la lumière se « plie » autour du champ gravitationnel de l’objet pendant son voyage à travers la galaxie (image simulée ci-dessus). Ces anomalies iraient et viendraient à mesure que les objets se déplaceraient devant une étoile lointaine et continueraient sur leur orbite.
Mais si l’objet est un trou noir d’une masse planétaire, disent les physiciens, il serait probablement entouré d’un halo de matière noire qui pourrait s’étendre jusqu’à 1 milliard de kilomètres de chaque côté. Et les interactions entre les particules de matière noire dans ce halo – en particulier les collisions entre la matière noire et l’antimatière noire – pourraient libérer un éclair de rayons gamma qui trahirait la présence de l’objet, proposent les chercheurs dans un article à paraître sur le serveur de prépublication arXiv.

Ils chercheront des éclairs de rayons gamma sporadiques

Les physiciens commenceront bientôt à passer au peigne fin les données accessibles au public du télescope spatial à rayons gamma Fermi en orbite autour de la Terre, qui couvre le ciel dans toutes les directions depuis 2008. Ils chercheront en particulier des groupes d’éclairs de rayons gamma sporadiques qui se déplaceraient lentement dans le ciel, comme on s’attendrait à ce que la planète neuf le fasse vue de la Terre.
Bien que la proposition des physiciens soit spéculative, leur recherche peut produire toutes sortes d’informations sur la matière noire et les sources de rayons gamma, que nous retrouvons dans notre système solaire ou loin dans l’Univers.
Source : Science
Crédit photo : Pixabay