la-dépendance-à-un-smartphone-prédit-des0symptômes-dépressifs
Selon une nouvelle étude de l’Université de l’Arizona, les jeunes qui sont accros à leurs smartphones peuvent courir un risque accru de dépression et de solitude.

La dépendance aux smartphones et la dépression

De plus en plus de recherches ont établi un lien entre la dépendance aux téléphones intelligents et les symptômes de dépression et de solitude. Cependant, il n’est pas clair si le recours aux smartphones précédait ces symptômes, ou si c’était l’inverse qui était vrai : les personnes déprimées ou seules sont plus susceptibles de devenir dépendantes à leur smartphone.
Dans une étude portant sur 346 adolescents âgés de 18 à 20 ans, le chercheur Matthew Lapierre et ses collaborateurs ont constaté que la dépendance aux téléphones intelligents permet de prédire des rapports plus élevés de symptômes dépressifs et de solitude, plutôt que l’inverse.
« La principale conclusion de cette étude est que la dépendance aux téléphones intelligents prédit directement les symptômes dépressifs ultérieurs « , a déclaré M. Lapierre, professeur adjoint au département des communications du Collège des sciences sociales et comportementales. « Il y a un problème où les gens dépendent beaucoup trop de leur appareil pour se sentir anxieux s’ils n’y ont pas accès et s’ils l’utilisent au détriment de leur vie quotidienne.

Ils se sont concentrés sur la dépendance plutôt que sur l’utilisation générale d’un smartphone

Dans cette étude, qui a été publiée dans Journal of Adolescent Health, Lapierre et ses coauteurs se sont concentrés sur la dépendance à l’utilisation d’un téléphone intelligent – la dépendance psychologique d’une personne à l’égard de l’appareil – plutôt que sur l’utilisation générale d’un téléphone intelligent, qui peut réellement procurer des avantages.
« Cette recherche découle de mon inquiétude quant à l’importance trop grande accordée à l’utilisation générale des téléphones intelligents « , a déclaré M. Lapierre. « Les smartphones peuvent être utiles. Ils nous aident à communiquer avec les autres. Nous avons vraiment essayé de nous concentrer sur l’idée que la dépendance et l’utilisation problématique des smartphones sont le moteur de ces résultats psychologiques.  »
Comprendre l’orientation de la relation entre la dépendance aux smartphones et de mauvais résultats psychologiques est essentiel pour savoir comment aborder au mieux ce problème, a déclaré Pengfei Zhao, étudiant à la maîtrise en communication, qui a cosigné cette étude avec Lapierre et Benjamin Custer, doctorant en communication.
« Si la dépression et la solitude mènent à la dépendance aux smartphones, nous pourrions réduire la dépendance en ajustant la santé mentale des gens « , a dit Zhao. « Mais si la dépendance au smartphone (avant la dépression et la solitude), qui est ce que nous avons constaté, nous pouvons réduire la dépendance au smartphone pour maintenir ou améliorer le bien-être.

Un test pour mesurer la dépendance à l’égard des téléphones intelligents

Les chercheurs ont mesuré la dépendance à l’égard des téléphones intelligents en demandant aux participants à cette étude d’utiliser une échelle de quatre points pour évaluer une série d’énoncés, tels que  » Je panique lorsque je ne peux pas utiliser mon téléphone intelligent « .
Les participants ont également répondu à des questions conçues pour mesurer la solitude, les symptômes dépressifs et leur utilisation quotidienne des smartphones. Ils ont répondu aux questions au début de l’étude et trois à quatre mois plus tard.
Cette étude s’est concentrée sur les adolescents plus âgés, une population dont les chercheurs disent qu’elle est importante pour deux raisons : tout d’abord, ils ont grandi en grande partie avec des smartphones. Deuxièmement, ils sont à un âge et à une étape transitoire de leur vie où ils sont vulnérables à de mauvais résultats sur le plan de la santé mentale, comme la dépression.
« Il pourrait être plus facile pour les adolescents plus âgés de devenir dépendants des smartphones, et les smartphones peuvent avoir une plus grande influence négative sur eux parce qu’ils sont déjà très vulnérables à la dépression ou à la solitude,  » dit Zhao.
Étant donné les effets négatifs potentiels de la dépendance aux smartphones, il peut être utile pour les gens d’évaluer leur relation avec leurs appareils et de s’imposer des limites si cela s’avère nécessaire, selon les chercheurs.

Gérer son stress autrement que via son smartphone

Chercher d’autres moyens de gérer le stress pourrait être une stratégie utile, puisque d’autres recherches ont indiqué que certaines personnes se tournent vers leur téléphone pour essayer de soulager leur stress, a dit M. Zhao.
« Lorsque les gens se sentent stressés, ils devraient utiliser d’autres approches saines pour faire face à cette situation, comme discuter avec un ami pour obtenir du soutien ou faire des exercices ou de la méditation « , a dit Zhao.
Les téléphones intelligents sont encore une technologie relativement nouvelle, et les chercheurs du monde entier continuent d’étudier comment ils affectent la vie des gens. Maintenant que les chercheurs savent qu’il existe un lien entre la dépendance aux téléphones intelligents et la dépression et la solitude, les futurs travaux devraient se concentrer sur une meilleure compréhension des raisons pour lesquelles cette relation existe.
« Notre travail consiste à répondre à des questions essentielles sur les effets psychologiques de la dépendance aux téléphones intelligents, dit-il. « Alors on peut commencer à se demander pourquoi cela existe. »
Source : The University of Arizona
Crédit photo : Pixabay

La dépendance à son smartphone liée à la dépressionmartinSociété
Selon une nouvelle étude de l'Université de l'Arizona, les jeunes qui sont accros à leurs smartphones peuvent courir un risque accru de dépression et de solitude. La dépendance aux smartphones et la dépression De plus en plus de recherches ont établi un lien entre la dépendance aux téléphones intelligents et les...