patch-cutané-mesure-taux-antibiotiques-en-temps-réel
Lorsqu’une personne est traitée pour une infection grave, comme un nouveau-né dans un incubateur ou un patient malade, il est important de connaître le taux d’antibiotiques qui se trouvent dans leur sang. Bien que cela soit actuellement établi à l’aide d’échantillons de sang, il pourrait bientôt être mieux géré à l’aide d’un patch cutané à micro-aiguille.

Un patch cutané qui surveille le taux d’antibiotique

Développé par des scientifiques de l’Imperial College de Londres, en Grande-Bretagne, ce prototype comporte une série de minuscules aiguilles enrobées d’enzymes sur sa face inférieure.
Lorsque le patch est pressé contre la peau d’un patient, ces aiguilles pénètrent sans douleur dans la couche la plus externe de la peau. Si l’antibiotique ciblé est présent dans le liquide interstitiel entre les cellules de la peau (reflétant les niveaux dans la circulation sanguine), l’enzyme sur les aiguilles réagit avec celui-ci, ce qui modifie le pH du liquide.
Les aiguilles détectent cette altération. Lorsque le patch est connecté à un moniteur externe, il est donc capable d’afficher la concentration d’antibiotiques dans le sang du patient, en fonction de l’ampleur du changement du pH.
Au cours d’essais en laboratoire, de petits patchs à micro-aiguilles ont été placés sur les avant-bras de 10 volontaires sains, où ils ont été en mesure de mesurer avec précision les niveaux fluctuants de pénicilline administrée par voie orale. Leurs relevés correspondaient à ceux des échantillons de sang prélevés aux mêmes heures.
Plus tard, on espère que cette technologie pourra être intégrée à des dispositifs portables qui injecteraient automatiquement plus d’antibiotiques aux patients à mesure que les niveaux dans leur circulation sanguine chuteraient à un niveau spécifique.
« Lorsque les patients hospitalisés sont traités pour des infections bactériennes graves, la seule façon de voir si les antibiotiques que nous leur administrons sont efficaces est d’attendre et observer comment ils réagissent et de prélever fréquemment des échantillons de sang pour analyser les concentrations des médicaments dans leur système – mais cela peut être long », dit le Dr Timothy Rawson, scientifique principal de cette recherche.

Fournir des informations vitales en temps réel

« Nos biocapteurs pourraient aider à changer cela. En utilisant un simple patch sur la peau du bras, ou potentiellement au site de l’infection, où il pourrait nous dire quelle quantité d’un médicament est utilisée par le corps et nous fournir des informations médicales vitales, en temps réel. »
Cette recherche a été publiée dans The Lancet Digital Health.
Source : Imperial College London
Crédit photo : Pixabay

Un patch cutané mesure le taux d'antibiotiquesmartinTechnologie
Lorsqu'une personne est traitée pour une infection grave, comme un nouveau-né dans un incubateur ou un patient malade, il est important de connaître le taux d'antibiotiques qui se trouvent dans leur sang. Bien que cela soit actuellement établi à l'aide d'échantillons de sang, il pourrait bientôt être mieux géré...