dormir-moins-de-six-heures-augmente-les-risques-de-décès-par-des-maladies-chroniques
Nous savons que le sommeil est important. Nous savons aussi que pour la plupart des gens, la durée idéale du sommeil se situe entre sept et huit heures par nuit. Des recherches antérieures ont clairement démontré qu’une durée de sommeil plus courte peut augmenter le risque de développer un certain nombre de maladies chroniques, y compris les maladies cardiaques.

Le manque de sommeil serait néfaste pour la santé

Cette nouvelle étude de l’American Heart Association suggère quelque chose de complètement différent. Cette nouvelle recherche indique que le sommeil normal peut potentiellement protéger les personnes atteintes de certaines maladies chroniques, comme l’hypertension artérielle et le diabète.
En examinant les données à long terme recueillies auprès de plus de 1 600 sujets, cette étude a révélé des effets négatifs importants chez les sujets dormant moins de six heures par nuit. Par exemple, les sujets souffrant d’hypertension artérielle ou de diabète étaient deux fois plus susceptibles de mourir d’une maladie cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral s’ils dormaient moins de six heures par nuit, comparativement aux sujets semblables qui dormaient environ huit heures. Les personnes ayant de courtes nuits de sommeil et souffrant d’une maladie cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral étaient également trois fois plus susceptibles de mourir d’un cancer.
Ces résultats ont été encore plus frappants lorsque les chercheurs ont examiné les taux de mortalité précoce et ont constaté que les sujets souffrant d’hypertension artérielle ou de diabète ne présentaient presque aucun risque accru de mortalité précoce, pourvu qu’ils dorment plus de six heures par nuit.
Il y a, bien sûr, un certain nombre de réserves qui limitent la certitude des conclusions de cette étude. On ignore donc si ces effets négatifs sur la santé sont liés à des perturbations sous-jacentes du rythme circadien ou à un manque de sommeil à ondes lentes. Cette étude a également tenté de tenir compte d’autres variables liées au mode de vie qui pourraient influer sur la durée du sommeil, mais la nature de ce type de recherche laissera toujours des incertitudes lorsque vient le temps de déterminer les causes.
Par exemple, les personnes qui dorment moins de six heures par nuit mènent-elles simplement une vie plus malsaine ? Ce qui signifie que ce n’est peut-être pas directement un manque de sommeil qui causerait les problèmes de santé.

Le sommeil est d’une importance vitale pour maintenir une bonne santé

Quoi qu’il en soit, il devient de plus en plus évident qu’un sommeil constant de sept à huit heures par nuit est d’une importance vitale pour maintenir une bonne santé générale. Et, si cette étude peut être validée avec un plus nombre de participants, le sommeil pourrait devenir une méthode pour traiter une variété de maladies chroniques.
Julio Fernandez-Mendoza, du Pennsylvania State College of Medicine et auteur principal de la nouvelle recherche, recommande que l’hygiène du sommeil doit devenir un élément central pour conserver une santé optimale.
« Une courte durée du sommeil devrait être considérée comme un facteur de risque utile pour prédire les résultats à long terme des personnes atteintes de ces troubles de santé et comme une cible des pratiques cliniques primaires et spécialisées « , dit Fernandez-Mendoza.
« J’aimerais que des changements soient apportés aux politiques afin que les consultations et les études sur le sommeil deviennent une partie intégrante de nos systèmes de santé. Une meilleure identification des personnes ayant des troubles du sommeil pourrait mener à une meilleure prévention, à des traitements adaptés aux personnes, à de meilleurs résultats à long terme de leur santé et à une utilisation réduite des soins de santé. »
Cette nouvelle recherche a été publiée dans The Journal of the American Heart Association.
Source : American Heart Association
Crédit photo : Pixabay