foie-médicament-contre-le-diabète
Un médicament expérimental a inversé l’accumulation de graisse dans le foie et abaissé les taux sanguins de la grasse, dont le cholestérol, chez des primates non humains. L’accumulation de graisse dans le foie, appelée maladie hépatique graisseuse non alcoolique, touche une personne sur trois et peut mener au diabète de type 2 ainsi qu’à des maladies cardiaques et rénales.

Un médicament qui s’attaque à la cause profonde du diabète

« Cela permet de s’attaquer à ce que je crois être la cause profonde du diabète », dit Gerald Shulman, de la Yale School of Medicine, dont l’équipe a mis au point ce médicament. Appelé CRMP, il fonctionne en faisant gaspiller de l’énergie du foie de sorte qu’il en utilise plus que la normale.
L’énergie qui alimente les cellules est produite par des structures appelées mitochondries. Lorsque les protons sortent des mitochondries, ils entraînent des turbines moléculaires qui génèrent un produit chimique riche en énergie appelé ATP. Le CRMP permet aux protons de sortir des mitochondries sans générer d’ATP. C’est un peu comme ouvrir une vanne de dérivation sur un barrage hydroélectrique, laissant couler l’eau sans produire d’électricité.
Cependant, cette énergie perdue se transforme en chaleur. Un médicament appelé dinitrophénol qui a été utilisé pour la perte de poids à partir des années 1930 a fonctionné par le même mécanisme. Son utilisation a été arrêtée après que de nombreuses personnes aient souffert d’effets indésirables ou après être décédées suite à une surchauffe.
Les décès se poursuivent jusqu’à ce jour, car certaines personnes, comme les culturistes, continuent de s’automédicamenter avec le dinitrophénol. Cependant, le CRMP affecte principalement les cellules hépatiques plutôt que le corps entier. « C’est très important pour la sécurité’, dit Shulman.

Selon des tests il serait sûr et efficace 

Les tests effectués sur un petit nombre de macaques et rhésus suggèrent qu’il est sûr et efficace pour inverser l’accumulation de graisse dans le foie. Dans l’ensemble, les animaux n’ont pas perdu de poids. « C’est là toute l’idée », dit Shulman. « Ce n’est pas censé être un médicament pour perdre du poids. »
Des résultats non publiés des tests effectués sur des souris suggèrent qu’il peut également réduire le risque de maladie cardiaque en abaissant les taux de cholestérol et de triglycérides, dit Shulman.
Étant donné que le dinitrophénol s’est avéré dangereux, M. Shulman veut effectuer d’autres essais sur les animaux avant de passer aux essais sur des humains. Si le CRMP s’avère sûr lors des essais initiaux chez l’humain, certains essais ultérieurs pourraient le tester en combinaison avec des médicaments qui existent déjà pour le diabète de type 2 tels que la metformine.
Cette recherche a été publié dans Science Translational Medicine.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay