médicament-anti-évolution-cancer-du-sein
De nombreux traitements contre le cancer fonctionnent très bien au début, mais ils échouent plus tard lorsque les tumeurs deviennent résistantes. Mais une nouvelle génération de thérapies est en cours de développement pour prévenir cela.

Un médicament qui restaure l’efficacité du paclitaxel

L’un d’eux, appelé BOS172722, a démontré dans des études animales qu’il pouvait restaurer l’efficacité du paclitaxel, la principale molécule utilisée en  chimiothérapie pour traiter le cancer du sein triple négatif. « C’est le cancer du sein le plus mortel « , déclare Spiros Linardopoulos, chef d’équipe à l’Institute of Cancer Research au Royaume-Uni, qui vient de publier une étude décrivant cette approche.
Un essai sur des humains est déjà en cours. S’il s’avère efficace, cet essai pourrait être étendu aux cancers du poumon et de l’ovaire, dit Linardopoulos.
Comme les autres chimiothérapies, le paclitaxel agit en blessant les cellules à division rapide. Elle interfère avec le processus de division cellulaire, entraînant des anomalies chromosomiques qui tuent souvent les cellules. Mais les cellules qui survivent peuvent finir par devenir résistantes, ce qui signifie que ce médicament ne fonctionne plus.
« La résistance, c’est l’évolution darwinienne à l’état pur « , dit Linardopoulos. Comme beaucoup de chercheurs sur le cancer, il a donc essayé de trouver de nouveaux médicaments, ou de nouvelles façons d’utiliser les médicaments, pour prévenir cette résistance.
Le BOS172722 interfère également avec la division cellulaire, mais d’une manière différente. Il se lie à une protéine appelée MPS1 qui joue un rôle clé dans la division et la bloque. La combinaison des deux médicaments cause des anomalies chromosomiques si graves qu’aucune des cellules cancéreuses ne survit. Et si aucune cellule ne survit, il ne peut y avoir de résistance.

Établir la dose maximale sécuritaire

Il y a certains effets secondaires, et le but initial de l’essai est d’établir la dose maximale sécuritaire. Mais pour l’instant, il n’existe aucune option thérapeutique efficace en cas d’échec du paclitaxel.
« Le cancer du sein triple négatif n’étant toujours pas traité de manière ciblée, nous devons trouver d’urgence de nouvelles options pour empêcher un plus grand nombre de femmes de mourir « , a déclaré Delyth Morgan du Breast Cancer Now, qui a contribué à financer cette recherche. « Cette étude passionnante montre à quel point ces médicaments se complètent au niveau moléculaire pour détruire les cellules cancéreuses. »
L’Institut du cancer considère la résistance aux médicaments comme le plus grand défi dans le domaine du cancer, c’est pourquoi il se concentre de plus en plus sur la recherche de moyens de combattre son évolution.

Un centre de recherche sur la création de traitements anti-évolution

Elle est en train de mettre sur pied un centre de découverte des médicaments de 78 millions de livres sterling à Londres qui rassemblera des chercheurs de différentes disciplines pour se concentrer sur la création de traitements anti-évolution.
Cette recherche a été publiée dans Molecular Cancer Therapeutics.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay