glioblastome-nouveau-traitement
Dans l’histoire de Boucles d’or, une petite fille goûte trois bols de bouillie différents pour trouver celui qui n’est pas trop chaud, pas trop froid, mais juste à la bonne température. Dans une étude publiée dans Advanced Therapeutics, des chercheurs de la faculté de médecine de l’Université du Minnesota font état d’un effet « Boucle d’or » qui détient la clé pour réveiller la réponse immunitaire de l’organisme et combattre le cancer du cerveau.

Utiliser l’effet « Boucle d’or » contre le glioblastome 

La forme la plus courante de cancer du cerveau chez l’adulte est le glioblastome. Les médecins diagnostiquent environ 14 000 cas de glioblastome aux États-Unis chaque année. En France c’est 2 000 nouveaux cas qui sont découverts chez l’adulte chaque année. Ce cancer est donc une des maladie la plus agressive et préoccupante.
« Notre corps possède des armées de globules blancs qui nous aident à combattre les bactéries, les virus et les cellules cancéreuses. Cette ensemble de cellules constitue notre système immunitaire « , a déclaré l’auteur principal Clark C. Chen, MD, PhD, titulaire de la chaire Lyle French en neurochirurgie et chef du département de neurochirurgie à la faculté de médecine de l’Université du Minnesota. « L’une des principales raisons pour lesquelles le glioblastome est si agressif, c’est qu’il bloque ce système immunitaire. »
L’importance du système immunitaire dans le traitement du cancer a été soulignée par le prix Nobel de physiologie en 2018. Ce prix a été décerné pour la découverte d’un médicament qui active la réponse immunitaire du patient contre les cellules cancéreuses. Ce traitement avec ce médicament d’immunothérapie a produit une survie à long terme impressionnante dans de nombreux types de cancer. Malheureusement, il ne semble pas très efficace contre les glioblastomes.
« L’immunothérapie agit en activant les globules blancs présents dans de nombreux types de cancer. Pour des raisons qui ne sont pas claires, les glioblastomes contiennent peu de globules blancs. Il n’y a donc rien pour que l’immunothérapie puisse l’attaquer », a commenté Andrew Kummel, professeur de chimie et de biochimie à l’Université de Californie à San Diego et coauteur principal de cette étude.

Des particules de silice creuses permettent de rompre les cellules cancéreuses

Mais l’équipe de recherche a développé une nouvelle approche; elle a injecté des particules de silice creuses (une forme de verre) dans des glioblastomes pour faciliter le recrutement des globules blancs. Les tumeurs dans lesquels ces particules ont été injectées ont ensuite été traitées par ultrasons focalisés de haute intensité (UFHI). L’échographie a fait « exploser » les particules de verre pour rompre les cellules cancéreuses, libérant ainsi des protéines qui attirent les globules blancs.
En modulant les ultrasons à haute fréquence, Chen et son équipe ont pu créer différentes températures sous lesquelles les cellules cancéreuses se sont rompues. « Cette immunothérapie ne fonctionne que lorsque l’échographie est ajustée pour maintenir une température corporelle stable au fur et à mesure que les cellules cancéreuses se rompent,  » dit Chen.
« Les températures qui s’écartent trop de la température corporelle semblent compromettre l’efficacité des globules blancs. Cet aspect « Boucles d’or » de l’immunothérapie n’était pas utilisé auparavant. »

Une première étude chez l’homme est en cours

Fait important, Emad Ebbini, professeur de génie électrique et informatique à l’Université de Moncton, a mis au point un système à ultrasons capable de briser les cellules cancéreuses sans utiliser de coquille de silice. Ebbini note :  » Notre échographie est parfaitement adaptée au type d’application clinique que le Dr Chen a mis au point. Nous travaillons à une première étude chez l’homme pour tester nos ultrasons chez des patients atteints de glioblastome. »
Source : University of Minnesota Medical School
Crédit photo : Pixabay

Le principe "Boucles d'or" pour guérir le cancer du cerveaumartinbiothechnologie
Dans l'histoire de Boucles d'or, une petite fille goûte trois bols de bouillie différents pour trouver celui qui n'est pas trop chaud, pas trop froid, mais juste à la bonne température. Dans une étude publiée dans Advanced Therapeutics, des chercheurs de la faculté de médecine de l'Université du Minnesota...