le-microbiome-peut-transformer-les-aliments-transformés-plus-sains
Une nouvelle étude met en lumière la façon dont les microbes de l’intestin humain décomposent les aliments transformés – en particulier les changements chimiques potentiellement nocifs souvent produits pendant les processus modernes de fabrication alimentaire. La consommation d’aliments transformés tels que le pain, les céréales et les boissons gazeuses est associée à des effets négatifs sur la santé, notamment la résistance à l’insuline et l’obésité.

Le microbiome aide a transformer les produits chimiques nocifs

Des scientifiques ont identifié une souche bactérienne intestinale humaine spécifique qui décompose la fructosélysine chimique et la transforme en sous-produits inoffensifs. La fructosélysine fait partie d’une classe de produits chimiques appelés produits de réaction de Maillard, qui se forment pendant la transformation des aliments.
Certains de ces produits chimiques ont été associés à des effets nocifs pour la santé. Ces résultats soulèvent la possibilité qu’il soit possible d’utiliser de telles connaissances sur le microbiome intestinal pour aider à développer des aliments transformés plus sains et plus nutritifs.
« Cette étude qui a été menée chez des souris élevées dans des conditions stériles, nous donne un aperçu plus approfondi de la façon dont les composants de notre alimentation moderne sont métabolisés par les microbes de l’intestin, y compris la décomposition des composants qui peuvent être malsains pour nous », a déclaré Jeffrey I. Gordon, MD, le Dr Robert J. Glaser, professeur émérite à l’université de Washington. « Nous avons maintenant un moyen d’identifier ces microbes intestinaux humains et comment ils métabolisent des produits chimiques alimentaires nocifs en sous-produits inoffensifs. »
Les communautés microbiennes de l’intestin humain considèrent les aliments comme des collections de produits chimiques. Certains de ces composés chimiques ont des effets bénéfiques sur les communautés des microbes vivant dans l’intestin ainsi que sur la santé humaine. Par exemple, les travaux antérieurs de Gordon ont montré que le microbiome intestinal jouait un rôle vital dans le développement précoce d’un bébé, les microbes intestinaux sains contribuant à une croissance saine, à la fonction immunitaire et au développement des os et du cerveau.
Mais la transformation moderne des aliments peut produire des produits chimiques qui peuvent être nocifs pour la santé. De tels produits chimiques ont été associés à l’inflammation liée au diabète et aux maladies cardiaques. Les chercheurs s’intéressent à la compréhension des interactions complexes entre les microbes intestinaux humains et les produits chimiques qui sont couramment consommés dans le cadre d’un régime alimentaire américain typique.

La bactérie Collinsella intestinalis décompose la fructoselysine

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont montré qu’une bactérie appelée Collinsella intestinalis décomposait la fructoselysine chimique en composants inoffensifs. « La fructosélysine est courante dans les aliments transformés, y compris le lait ultra-pasteurisé, les pâtes, le chocolat et les céréales », a déclaré Ashley R. Wolf, PhD, chercheuse postdoctorale dans le laboratoire de Gordon. « Des quantités élevées de fructosélysine et de produits chimiques similaires dans le sang ont été liées à des maladies du vieillissement, comme le diabète et l’athérosclérose. »
Lorsqu’elles sont nourries avec une alimentation contenant de grandes quantités de fructosélysine, les souris hébergeant Collinsella intestinalis dans leurs communautés microbiennes intestinales ont montré une augmentation de l’abondance de cette bactérie ainsi qu’une augmentation de la capacité des communautés microbiennes intestinales à dégrader la fructosélysine en produits dérivés inoffensifs.
« Cette souche bactérienne spécifique prospère dans ces circonstances », a dit Gordon. « Et comme elle augmente en abondance, la fructoselysine est métabolisée plus efficacement. » Il a ajouté : « les nouveaux outils et les connaissances acquises grâce à cette étude pourraient être utilisés pour mettre au point des aliments plus sains et plus nutritifs ainsi que pour concevoir des stratégies visant à identifier et à exploiter certains types de bactéries intestinales qui transformeraient des produits chimiques potentiellement dangereux en produits inoffensifs. »

De futures études pour identifier et exploiter les capacités de ces microbes

Les chercheurs ont déclaré que de futures études sont nécessaires avant que les scientifiques soient en mesure d’identifier et d’exploiter les capacités des microbes pour nettoyer l’ensemble des produits chimiques potentiellement nocifs produits pendant certains types de fabrication alimentaire moderne.
Cette recherche a été publiée dans Cell Host & Microbe.
Source : Washington University School of Medicine
Crédit photo : PXhere

Le microbiome transforme les repas malsains en bons alimentsmartinBiologie
Une nouvelle étude met en lumière la façon dont les microbes de l'intestin humain décomposent les aliments transformés - en particulier les changements chimiques potentiellement nocifs souvent produits pendant les processus modernes de fabrication alimentaire. La consommation d'aliments transformés tels que le pain, les céréales et les boissons gazeuses...