un-verre-antibactérien-contre-les-infections-urinaires
Selon des scientifiques de l’Université d’Aston en Grande-Bretagne, les infections urinaires causées par les cathéters représentent environ 35 % de toutes les infections associées aux soins de santé au Royaume-Uni. Cependant, ce nombre pourrait bientôt chuter considérablement grâce à l’utilisation d’un verre antimicrobien.

Du verre antimicrobien

Un système typique de collecte d’urine par un cathéter consiste en un sac relié à la vessie du patient par un tube flexible inséré chirurgicalement – ce tube est le cathéter. Des problèmes surviennent lorsque des bactéries se multiplient à l’intérieur du sac, puis remontent le long du tube et pénètrent dans la vessie. L’infection des voies urinaires qui en résulte peut être très difficile à traiter à l’aide d’antibiotiques, parfois même cela peut entraîner une septicémie.
Afin d’éviter que cela ne se produise, les chercheurs d’Aston ont commencé par produire des tiges minces en verre phosphaté recouvertes de traces d’oxyde de zinc, ce dernier étant connu pour ses qualités antibactériennes. Ces tiges ont ensuite été tranchées en petits disques de verre, qui ont ensuite été placés dans des boîtes de Pétri contenant des bactéries.
En se dissolvant lentement hors du verre, l’oxyde de zinc a complètement éradiqué toutes les bactéries E. coli et réduit considérablement les populations de Staphylococcus aureus en 24 heures. De plus, il a été démontré que l’oxyde de zinc n’a aucun effet nocif sur les cellules qui composent la paroi de la vessie.
On espère maintenant que ces cartouches contenant le verre traité pourront être insérées dans les tubes du cathéter, tuant les bactéries nocives tout en laissant passer l’urine.

Une infection urinaire est potentiellement mortelle

« Il s’agit d’une excellente nouvelle pour les patients qui ont besoin d’un cathéter, car le risque de contracter une infection urinaire potentiellement mortelle pendant un séjour à l’hôpital serait grandement réduit « , affirme le Dr Richard Martin, scientifique principal de cette recherche. « C’est aussi bon pour les systèmes de santé, qui pourraient économiser des millions de dollars sur les coûts associés à ces infections. »
Un article sur cette recherche a été publié dans la revue Materials Science & Engineering C.
Source : Aston University
Crédit photo : Pixabay