ERM-ondes-sonores-tumeur
Introduire des médicaments dans les tumeurs d’un patient cancéreux peut s’avérer une entreprise délicate. L’un des nombreux obstacles auxquels les cliniciens sont confrontés est la densité et la rigidité de la tumeur, laquelle peut avoir un impact sur la capacité des médicaments à s’infiltrer dans la tumeur.

Une technique combinant des ondes sonores aux IRM

Mais une nouvelle technique d’imagerie pourrait cependant leur fournir une lumière directrice en leur révélant ceux qui doivent être adoucis à l’avance. Cette recherche a été menée par des scientifiques de l’Institute of Cancer Research (ICR) de Londres et utilise une technologie d’imagerie appelée élastographie par résonance magnétique (ERM).
C’est un peu comme une IRM traditionnelle, sauf qu’elle utilise également des ondes sonores dans le mélange pour obtenir une image plus claire de la composition des tissus corporels et des tumeurs.
Mais son potentiel ne s’arrête pas là. Les scientifiques ont également exploré comment l’ERM pourrait être utilisée pour étudier la rigidité des tumeurs, avec l’équipe de l’ICR parmi eux. Plus précisément, l’équipe a appliqué la technique aux tumeurs chez la souris, cherchant à déterminer dans quelle mesure le collagène, la protéine structurelle des tissus conjonctifs, des muscles, des os et de la peau, joue un rôle dans leur structure et leur densité.
Grâce à leurs expériences, l’équipe a pu obtenir des informations utiles sur la densité des différents types de tumeurs et sur la façon dont ils pourraient les détruire plus efficacement. Cette recherche a révélé que le collagène jouait un rôle important dans la rigidité des cancers du sein et du pancréas, tandis que d’autres, comme les tumeurs cérébrales, se sont révélées beaucoup plus souples.

De nouvelles options thérapeutiques

Et avec cette nouvelle compréhension des tumeurs vient de nouvelles options thérapeutiques. L’équipe a administré de la collagénase, un médicament qui décompose les liaisons du collagène et donc la matrice rigide qui sert de base à la croissance de ces tumeurs. La surveillance continue de l’ERM des tumeurs a en effet révélé que l’élasticité et la viscosité des tumeurs du sein chez la souris étaient réduites d’environ 20 pour cent.
« Nos recherches montrent que ce nouveau type d’échographie peut fournir de précieuses informations lors du diagnostiques sur les tumeurs du sein et du pancréas de manière non invasive en évaluant leur rigidité « , déclare le Dr Simon Robinson, coauteur de cette étude.
« S’il cette technique est confirmée dans un essai clinique, nous pourrions l’utiliser  pour identifier les patients les plus susceptibles de bénéficier de traitements qui ciblent l’échafaudage sur lequel ces tumeurs se développent. Cela nous donne une nouvelle façon d’envisager les cancers et une façon potentielle de surveiller les nouveaux traitements qui atténuent la rigidité des tumeurs afin d’aider à améliorer l’efficacité de la chimiothérapie. »
Cette recherche a été publiée dans la revue Cancer Research.
Source : Institute of Cancer Research
Crédit photo : Pixabay

L'ERM pour obtenir plus d'informations sur une tumeurmartinTechnologie
Introduire des médicaments dans les tumeurs d'un patient cancéreux peut s'avérer une entreprise délicate. L'un des nombreux obstacles auxquels les cliniciens sont confrontés est la densité et la rigidité de la tumeur, laquelle peut avoir un impact sur la capacité des médicaments à s'infiltrer dans la tumeur. Une technique combinant...