volcan-sous-marin-bulles-de-gaz-énormes
Il y a deux ans, un volcan à peine submergé des Îles Aléoutiennes de l’Alaska a libéré des bulles de gaz géantes, dont certaines étaient plus larges que le plus grand dôme artificiel du monde, le stade national de Singapour, d’une largeur de 310 mètres, ont rapporté des chercheurs dans Nature Geoscience.

Des bulles de gaz géantes du volcan de l’île Bogoslof

Connu sous le nom de l’île Bogoslof, ce volcan ne trouve seulement à environ 100 mètres sous le niveau de la mer, les vestiges des éruptions passées formant un lagon fumant à la surface de l’océan (au-dessus). Historiquement, à Bogoslof et dans d’autres volcans sous-marins similaires, des navires de passage ont signalé qu’avant une éruption explosive, un dôme noir géant émergeait de l’océan. Mais ces bulles qui explosent sont restées mal comprises, car elles rendent l’étude des volcans dangereuse.
Les chercheurs ont donc analysé Bogoslof de loin, à l’aide de microphones à basse fréquence dans l’océan à 59 kilomètres au Sud. Le volcan a explosé plus de 70 fois en 9 mois et un grognement distinct, d’une seconde, précédait chaque éruption, ont constaté les scientifiques. La vibration correspondait au son que les bulles éruptives produisent pendant qu’elles s’étiraient, se dilataient et s’effondraient, ont dévoilé les modélisations informatiques.

Des bulles pouvant atteindre jusqu’à 440 mètres de diamètre

Les bulles de Bogoslof ont probablement atteint jusqu’à 440 mètres de diamètre et se sont formées lorsque la lave a heurté l’eau de mer et s’est refroidie, créant un bouchon au-dessus de la cheminée du volcan. Une bulle de vapeur d’eau volcanique, de dioxyde de carbone et de dioxyde de soufre a ensuite poussé le bouchon vers l’extérieur, jusqu’à ce que le film encapsulant de roche volcanique et d’eau liquide s’effondre pour produire un panache éruptif.
Source : Science
Crédit photo : Pixabay

Un volcan sous-marin produit des bulles de gaz géantesmartinRecherches
Il y a deux ans, un volcan à peine submergé des Îles Aléoutiennes de l'Alaska a libéré des bulles de gaz géantes, dont certaines étaient plus larges que le plus grand dôme artificiel du monde, le stade national de Singapour, d'une largeur de 310 mètres, ont rapporté des chercheurs...