la-reproduction-espèces-animales-au-Groenland-compromise
Des conditions météorologiques de plus en plus extrêmes dans l’Arctique pourraient menacer la survie de la faune, préviennent les biologistes. En 2018, il a tellement neigé que de nombreuses régions sont restées recouvertes de neige pendant une bonne partie de l’été, ce qui a empêché la reproduction de presque toutes les plantes et tous les animaux.

Les conditions extrêmes menacent la survie de la faune

« S’il s’agit d’un événement ponctuel, ce n’est pas un problème », dit Niels Martin Schmidt de l’Université d’Aarhus au Danemark. La faune de l’Arctique peut faire face à des années difficiles occasionnelles, dit-il.
Mais il craint que ce genre de conditions météorologiques extrêmes ne devienne beaucoup plus courant et n’entraîne l’extinction de certaines espèces. « Cela pourrait être un aperçu de l’avenir », dit M. Schmidt.
Il fait partie d’une équipe qui surveille les écosystèmes autour de Zackenberg dans le nord-est du Groenland depuis plus de 20 ans. La saison de croissance y est très courte – seulement de juillet à août – donc si le sol reste couvert de neige, cela a un impact majeur. « La fenêtre pour la croissance des plantes est très étroite, dit-il.
Au cours des 23 dernières années, en moyenne, seulement 4% des terres étaient encore recouvertes de neige au cours de la troisième semaine de juillet, au plus fort de l’été. En 2018, cette couverture était de 45 %. Pour la première fois depuis le début de la surveillance, presque toutes les plantes et tous les animaux – y compris le renard arctique et le boeuf musqué – n’ont pas réussi à se reproduire. Certains oiseaux migrateurs sont morts de faim en attendant que la neige fonde.
Selon Tomas Roslin, membre de l’équipe de l’Université suédoise des sciences agricoles d’Uppsala, il y avait beaucoup de neige dans la majeure partie de l’Arctique en 2018, pas seulement dans le nord-est du Groenland. « C’était assez répandu », dit-il.

Le réchauffement climatique ne signifie pas moins de neige

Alors que beaucoup de gens supposent qu’un monde qui se réchauffe signifie moins de neige, ce n’est pas le cas dans les régions plus froides. L’air froid ne peut pas retenir beaucoup d’humidité, ce qui limite les chutes de neige. À mesure que l’Arctique se réchauffe et que la glace de mer rétrécit de plus en plus chaque été, l’atmosphère y devient plus humide, ce qui signifie que plus de neige peut tomber lorsque les conditions sont favorables.
Cette année, le temps est passé d’un extrême à l’autre, avec si peu de neige qu’un manque d’eau a limité la croissance des plantes pendant l’été. « Les gens ne se rendent pas compte que la disponibilité de l’eau est l’une des ressources limitantes dans une grande partie de l’Arctique », dit Roslin.
Le temps changeant n’est pas seulement un problème pour la faune. Il est de plus en plus évident que le réchauffement de l’Arctique provoque des conditions météorologiques plus extrêmes dans une grande partie de l’hémisphère Nord en affectant le courant-jet polaire, ce qui pourrait nuire aux rendements agricoles et entraîner des « chocs alimentaires ».
Cette recherche a été oubliée dans Plos Biology.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

La neige au Groenland nuit à la reproduction des animauxmartinChangement Climatique
Des conditions météorologiques de plus en plus extrêmes dans l'Arctique pourraient menacer la survie de la faune, préviennent les biologistes. En 2018, il a tellement neigé que de nombreuses régions sont restées recouvertes de neige pendant une bonne partie de l'été, ce qui a empêché la reproduction de presque...