les-sauropodes-ont-grandi-en-mangeant-des-super-aliments
Comment les dinosaures sauropodes, les plus grosses créatures à avoir vécu sur Terre, ont-ils pu peser plus de 10 éléphants mâles d’Afrique avec un régime spartiate de légumes verts préhistoriques ? De nos jours, de nombreux herbivores accumulent des graisses en consommant des graminées riches en énergie, mais ce n’est que vers la fin du règne des dinosaures que ces plantes et d’autres plantes à fleurs nutritives sont devenues communes.

Comment les sauropodes arrivaient-ils à être aussi gros ?

Aujourd’hui, des chercheurs pensent avoir trouvé la réponse : une plante étonnamment riche en nutriments qui aurait pu être un pilier de l’alimentation de ces dinosaures, et des becs de tortue qui renforçaient les dents en forme de chevilles lorsqu’ils arrachaient implacablement le feuillage de ces plantes.
« Nous constatons qu’ils ont été en mesure de se nourrir rapidement de grandes quantités d’aliments, et peut-être même des aliments riches en nutriments », explique Stephen Poropat, paléontologue. Des chercheurs de l’Université de Bonn en Allemagne ont présenté cette découverte la semaine dernière lors de la réunion annuelle de la Society of Vertebrate Paleontology.
Leurs travaux antérieurs ont permis de montrer que les sauropodes mangeaient comme des machines qui avalaient la végétation sans la mâcher. Ils balançaient leur long cou sur de vastes étendues, comme des tondeuses à gazon préhistoriques, tout en économisant de l’énergie en gardant leur corps au même endroit. Ces nouvelles études ajoutent des détails en explorant le régime alimentaire et la structure de la mâchoire de ces bêtes.
Une étude, réalisée par Carole Gee de Bonn et ses collègues, a identifié ce qui aurait pu être le « super aliment » de l’ère des dinosaures. Son équipe s’est concentrée sur le contenu nutritionnel des prêles à faible croissance et à spores qui étaient répandues à l’époque du Jurassique et qui poussent encore aujourd’hui.
Les prêles semblaient être une nourriture de piètre qualité lors des précédents essais, alors que les chercheurs ne faisaient que brûler les plantes pour mesurer leur teneur en carbone, explique M. Gee. Au lieu de cela, son équipe a utilisé le test au gaz de Hohenheim, une méthode d’évaluation de la qualité de la nourriture pour les animaux de ferme. Ils ont fait fermenter des prêles modernes pendant 3 jours pour simuler le chemin parcouru dans l’intestin d’un sauropode et mesurer le volume de gaz produit, qui est un indicateur du contenu énergétique.

Le prêle était très riche en protéines

Les chercheurs ont été stupéfaits de constater que la prêle libérait plus d’énergie que tout autre groupe de plantes, y compris 16 graminées modernes. L’Equisetum qui est une plante de la sous-classe des prêles était riche en protéines, disent-ils, et beaucoup plus nutritif que les fougères, les cycades et les conifères courants à l’époque des dinosaures. M. Gee soutient que les prêles proche des rivières et des lacs auraient offert aux sauropodes, surtout aux jeunes, « une nourriture abondante, accessible et extrêmement nutritive ».
Même en mangeant ce « super-aliment », les sauropodes devaient aspirer jusqu’à 1 tonne ou plus de matière végétale par jour. Pour comprendre la mécanique qui permettait cela, une autre équipe de Bonn a analysé les mâchoires de ces animaux. Depuis des décennies, les paléontologues déterrent des fossiles déroutants : des rangées de dents isolées, encore bien rangées comme elles l’auraient été dans une bouche, sans la moindre trace d’os. « Il devait y avoir quelque chose qui les retenait en place, dit Kayleigh Wiersma, de Bonn. « Sinon, ils auraient été éparpillés tout autour du site de fouilles. »

Les becs et le prêle auraient permis aux sauropodes d’être aussi gigantesques

Les chercheurs ont découvert que les sauropodes devaient avoir non pas une mâchoire ordinaire, mais quelque chose en forme de bec avec des dents, contrairement à tout autre animal vivant. Les chercheurs ont également trouvé de minuscules fosses à la surface des mâchoires, indiquant peut-être des vaisseaux sanguins pour nourrir ces becs. Tout cela mis ensemble aurait permis aux sauropodes d’être aussi gigantesques en se nourrissant de simple prêle et en les arrachant avec leurs becs et leurs dents.
Source : Science
Crédit photo : Pixabay