lumière-bleu-néfaste-pour-la-santé-ordinateurs-smartphones
Une exposition prolongée à la lumière bleue, comme celle qui provient des téléphones, des ordinateurs et des appareils électroniques, pourrait affecter la longévité, même si elle ne brille pas dans les yeux.

La lumière bleue serait néfaste pour la santé

De nouvelles recherches menées à l’Oregon State University suggèrent que les longueurs d’onde bleues produites par les diodes électroluminescentes endommagent les cellules du cerveau ainsi que la rétine. Cette étude, publiée dans Aging and Mechanisms of Disease, portait sur un organisme largement utilisé en science, la Drosophila melanogaster, la mouche commune des fruits, un organisme modèle important en raison des mécanismes cellulaires et de développement qu’il partage avec d’autres animaux et humains.
Jaga Giebultowicz, un chercheur de l’OSU College of Science qui étudie les horloges biologiques, a dirigé une collaboration de recherche qui a examiné comment les mouches réagissaient aux expositions quotidiennes de 12 heures à la lumière bleue des DELs – qui est semblable à la longueur d’onde bleue dominante dans les appareils comme les téléphones et les ordinateurs – et a découvert que la lumière accélérait le vieillissement.
Les mouches soumises à des cycles quotidiens de 12 heures dans la lumière et de 12 heures dans l’obscurité avaient une durée de vie plus courte que les mouches maintenues dans l’obscurité totale ou celles maintenues dans la lumière avec les longueurs d’onde bleues filtrées. Les mouches exposées à la lumière bleue présentaient des dommages aux cellules rétiniennes et aux neurones cérébraux et avaient des problèmes de locomotion – la capacité des mouches à grimper les parois de leurs cages, un comportement courant, était réduite.

Même sans yeux cette lumière affectait les mouches

Certaines de ces mouches étaient des mutantes qui ne développaient pas de yeux, et même ces mouches sans yeux présentaient des lésions cérébrales et des troubles locomoteurs, ce qui suggère que ces mouches n’avaient pas besoin de voir la lumière pour être affectées.
« Le fait que cette lumière accélérait le vieillissement chez les mouches nous a d’abord beaucoup surpris », a déclaré Giebultowicz, professeur de biologie intégrative. « Nous avions mesuré l’expression de certains gènes chez les vieilles mouches et constaté que la réponse au stress et les gènes protecteurs étaient exprimés si des mouches étaient maintenues dans cette lumière.
Nous avons commencé à nous demander ce qui était nocif pour eux dans cette lumière, et nous avons examiné le spectre de cette lumière. Il était très clair que même si la lumière sans bleu raccourcissait légèrement leur durée de vie, seule la lumière bleue raccourcissait considérablement leur durée de vie. »
La lumière naturelle, note Giebultowicz, est cruciale pour le rythme circadien du corps – le cycle de 24 heures des processus physiologiques tels que l’activité des ondes cérébrales, la production d’hormones et la régénération cellulaire, qui sont des facteurs importants dans les habitudes alimentaires et le sommeil.
« Et avec l’utilisation prédominante de l’éclairage DEL les humains sont soumis à des quantités croissantes de cette lumière dans le spectre bleu puisque les DELs sont couramment utilisées et émettent une quantité élevée de lumière bleue. Mais cette technologie même dans la plupart des pays développés, n’a pas été utilisée assez longtemps pour connaître ses effets tout au long de la vie humaine. »

Les mouches évitent la lumière bleue si on leur donne le choix 

Giebultowicz dit que les mouches, si on leur donne le choix, évitent la lumière bleue. « Nous allons tester si la même signalisation qui les fait fuir de la lumière bleue est impliquée dans la longévité, » dit-elle.
Source : Oregon State University
Crédit photo : Pixabay