les-abeilles-élevages-accouplement-abeilles-sauvages-peut-les-mettre-en-danger
Les abeilles d’élevage utilisées pour la pollinisation des cultures dans les serres commerciales se croisent avec les abeilles locales – et les conséquences potentielles pourraient être désastreuses.

Les abeilles sauvages menacées

Chaque année, plus d’un million de colonies d’abeilles élevées commercialement sont utilisées dans le monde pour aider à polliniser les cultures. Mais il s’agit généralement d’abeilles non indigènes, et il est risqué de les placer dans de nouvelles zones.
Si elles s’échappent, elles peuvent concurrencer les abeilles locales pour la nourriture et les ressources de nidification. Elles peuvent également transmettre des acariens, des virus et d’autres maladies aux populations indigènes, explique Sevan Suni, de l’Université de San Francisco.
De plus, Suni et ses collègues soupçonnaient que les abeilles d’élevages pouvaient aussi se croiser avec des abeilles locales et que cela pouvait causer d’autres problèmes. Pour enquêter, les chercheurs ont capturé 66 abeilles dans la nature en Andalousie, en Espagne, et ont analysé leurs gènes.
Cela a démontré que 63 % des abeilles s’étaient hybridées avec les abeilles commerciales. Certaines d’entre elles ont été trouvées à 60 kilomètres de la ruche la plus proche. Cela suggère que les abeilles indigènes et les abeilles élevées à des fins commerciales se croisent facilement.
L’hybridation peut menacer la survie à long terme des abeilles indigènes, explique Ignasi Bartomeus de la station biologique de Doñana en Espagne, qui a également travaillé sur cette étude.

Perdre la diversité génétique 

« La diversité est la meilleure assurance contre les perturbations environnementales parce qu’elle crée une variabilité à partir de laquelle on peut s’adapter à de nouvelles situations », dit-il. « Si nous homogénéisons la diversité génétique de certaines espèces, nous perdons cette assurance. »
Bartomeus dit que les abeilles commerciales hibernent en hiver, tandis que les abeilles indigènes entrent en dormance pendant l’été méditerranéen. « Une menace potentielle est que les bourdons du Sud perdent leur adaptation aux environnements chauds des étés – ce qui est vraiment critique étant donné la tendance au réchauffement climatique que nous constatons », dit-il.
Bartomeus estime que le simple fait d’élever des espèces locales d’abeilles et de les utiliser comme pollinisatrices au lieu de pollinisatrices étrangères serait un moyen d’aider à prévenir ces problèmes.

Conserver un habitat naturel pour les abeilles sauvages

Suni convient que les abeilles indigènes peuvent jouer le rôle de pollinisatrices dans les fermes où il y a beaucoup de ruches. « Nous devons conserver et établir un habitat naturel autour des zones agricoles pour que les abeilles sauvages aient des sites de nidification et qu’elles puissent contribuer à la pollinisation agricole », dit-elle.
Cette recherche a été publiée dans biorxiv.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Les abeilles sauvages menacées par les abeilles d'élevagemartinBiologie
Les abeilles d'élevage utilisées pour la pollinisation des cultures dans les serres commerciales se croisent avec les abeilles locales - et les conséquences potentielles pourraient être désastreuses. Les abeilles sauvages menacées Chaque année, plus d'un million de colonies d'abeilles élevées commercialement sont utilisées dans le monde pour aider à polliniser les...