les-infections-pendant-la-grossesse-augmentent-les-risques-de-schizophrénie
Les enfants de mères qui ont eu des infections bactériennes pendant la grossesse sont plus susceptibles de développer des problèmes de santé mentale comme la schizophrénie et le trouble bipolaire.

Les infections augmentent les risques de schizophrénie

Nous savions déjà que l’exposition aux virus dans l’utérus augmentait le risque de schizophrénie chez l’enfant, mais les effets de ces infections bactériennes étaient moins clairs. Younga Lee de l’Université Brown à Rhode Island et ses collègues ont étudié 15 000 adultes américains dont les mères ont eu des examens de santé réguliers pendant leur grossesse dans les années 1950 et 1960.
Ils ont constaté que les femmes dont la mère souffrait d’infections urinaires, de vaginose bactérienne, de pneumonie ou d’autres infections bactériennes pendant la grossesse étaient 1,8 fois plus susceptibles de souffrir un jour de troubles psychotiques – des troubles de santé mentale pouvant entraîner des hallucinations ou des délires – que celles dont la mère n’avait pas eu ces infections.

Une plus grande sensibilité masculine

Le risque était plus élevé chez les hommes et les infections plus graves. Les hommes dont la mère avait souffert d’infections graves comme la septicémie pendant la grossesse étaient cinq fois plus susceptibles de développer une maladie comme la schizophrénie.
Il n’est pas clair pourquoi les hommes semblent être plus sensibles, mais certaines données suggèrent que les placenta des fœtus femelles sont meilleurs que ceux des fœtus mâles pour se protéger des pressions environnementales, dit Lee.
Ces résultats concordent avec ceux de certaines études menées sur des animaux qui ont révélé que lorsque des femelles gravides sont infectées par des bactéries, des morceaux des parois cellulaires bactériennes peuvent traverser le placenta et pénétrer dans le cerveau d’un fœtus, causant des anomalies structurelles.
Cependant, bien que les infections bactériennes soient courantes pendant la grossesse, touchant environ une femme enceinte sur quatre, les cas de psychose sont rares et touchent moins d’une femme sur 100. Les infections bactériennes prénatales ne causent probablement de telles conditions que lorsqu’il existe une susceptibilité génétique sous-jacente, dit Lee.

Surveiller les fœtus à risque

« À la lumière de cette recherche et d’autres, nous croyons que la meilleure chose que nous puissions faire est de surveiller attentivement les femmes dont la progéniture présente un risque génétique de développer la schizophrénie et de garder leur grossesse en aussi bonne santé que possible « , dit Lee. Les infections bactériennes chez ces femmes devraient être traitées rapidement avec des antibiotiques appropriés, dit-elle.
Cette recherche a été publiée dans Yhe American Journal of Psychiatry.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Les infections pendant la grossesse liées à la schizophrénie martinBiologie
Les enfants de mères qui ont eu des infections bactériennes pendant la grossesse sont plus susceptibles de développer des problèmes de santé mentale comme la schizophrénie et le trouble bipolaire. Les infections augmentent les risques de schizophrénie Nous savions déjà que l'exposition aux virus dans l'utérus augmentait le risque de...