un-médicament-contre-Alzheimer-ressuscité-par-une-entreprise
Biogen a stupéfié les investisseurs et les scientifiques aujourd’hui, annonçant la ressuscitation d’un médicament contre la maladie d’Alzheimer qu’elle avait déclaré être inefficace en mars ; la société prévoit au début de 2020 de demander à la Food and Drug Administration américaine d’approuver la commercialisation de l’aducanumab, un anticorps conçu pour se fixer et éliminer la protéine béta-amyloïde dans le cerveau.

Un médicament contre l’Alzheimer serait efficace selon Biogen 

Comme le rapport de STAT l’indique, Biogen affirme que ce revirement est survenu après avoir évalué les données d’essais cliniques d’un plus grand nombre de patients qu’il ne l’avait d’abord fait. Alors qu’une première analyse des données de deux essais cliniques avait révélé que ce médicament n’avait pas réussi à ralentir de façon significative la progression de la maladie d’Alzheimer au stade précoce.
La compagnie conclut maintenant que, principalement en raison des réponses des personnes recevant la plus élevée des deux doses d’anticorps, ce médicament a ralenti de façon significative le déclin cognitif et fonctionnel des personnes, ce qui signifie leur capacité à affronter les activités quotidiennes de la vie.
La première analyse de Biogen a utilisé des données provenant de 1 748 patients ayant reçu une faible dose ou une forte dose du médicament pendant 18 mois ; la nouvelle analyse, dont les données sous-jacentes ne sont pas encore accessibles au public ni décrites dans un article de journal, portait sur 2 066 de ces patients.
L’Alzheimer’s Association de Chicago (Illinois) s’est déclarée « encouragée » par cette annonce. « Nous attendons avec impatience d’examiner un rapport complet des résultats », a-t-elle déclaré dans un communiqué de presse.
Bart De Strooper, qui dirige l’Institut britannique de recherche sur la démence à l’Université Collège de Londres, a qualifié cette nouvelle de « fantastique ». Nous n’avons actuellement aucun traitement efficace pour ralentir ou arrêter la progression de la maladie d’Alzheimer et j’espère qu’il s’agit d’un point tournant.
”Il a également suggéré que ces résultats pourraient raviver la théorie autrefois dominante selon laquelle la maladie neurodégénérative est en grande partie due à l’accumulation par le cerveau d’amyloïdes toxiques. « Nous devrions maintenant redoubler d’efforts pour nous attaquer à ce problème central de la maladie d’Alzheimer. »

Évaluer la théorie antiamyloïde 

L’annonce de Biogen survient alors que les chercheurs discutent des perspectives thérapeutiques de la maladie d’Alzheimer lors de l’assemblée annuelle de la Society for Neuroscience à Chicago. « C’est très intéressant », dit le neuroscientifique Weiming Xia de l’École de médecine de l’Université de Boston.
Si l’aducanumab est approuvé, les chercheurs seront en mesure d’évaluer la stratégie antiamyloïde chez un groupe beaucoup plus grand de patients et d’identifier les sous-populations qui sont les plus susceptibles d’en bénéficier, dit Xia. « Si vous utilisez un seul anticorps pour tous les patients Alzheimer, ça ne marchera pas. »
D’autres participants à la réunion demeurent sceptiques quant à l’efficacité de ce médicament et à l’hypothèse amyloïde sous-jacente. « Pourquoi Biogen est revenu maintenant et a dit qu’elle poursuivrait ce qu’il tentait de rejeter avant de le faire, ce qui me semble étrange », dit Nikolaos Robakis, neuroscientifique à l’Icahn School of Medicine de Mount Sinai à New York City.

Des chercheurs ne croient pas à l’hypothèse bêta-amyloïde et tau

Dans un exposé présenté aujourd’hui, Robakis a proposé que les plaques de bêta-amyloïdes – et une autre caractéristique de la maladie d’Alzheimer, l’accumulation de protéines tau dans les neurones – ne sont pas des causes de la neurodégénération, mais des conséquences d’une vulnérabilité fondamentale au stress dans le cerveau. Déjà, dit-il, les échecs d’autres essais qui ont pris la stratégie antiamyloïde suggèrent que « les preuves sont contre elle ».
Biogen a l’intention de dévoiler plus de détails sur sa dernière analyse lors d’une prochaine conférence scientifique.
Source : Science
Crédit photo sur Unsplash : Cristian Newman