lune-trouver-de-la-glace-eau-nasa-viper
La disponibilité de ressources importantes sera la clé du succès d’un futur avant-poste lunaire, et il n’y en aura peut-être rien de plus important que l’eau. Pour se faire une idée plus précise de la disponibilité de la glace d’eau au pôle Sud de la Lune, la NASA a annoncé une nouvelle mission qui consiste à envoyer un rover lunaire du nom de VIPER pour enquêter.

La mission VIPER de la NASA

Les premiers signes de glace d’eau au pôle Sud de la Lune sont apparus lorsque la NASA a fait s’écraser son engin spatial LCROSS dans un cratère voisin il y a 10 ans. Depuis, les études n’ont cessé de donner des indices sur ce qui attend les futurs explorateurs, mais VIPER (Volatiles Investigating Polar Exploration Rover) est la première mission dédiée à étudier ces possibilités de plus près.
Le pôle Sud est le site d’atterrissage initial prévu pour le programme Artemis de la NASA, qui vise à placer la première femme et le prochain homme sur la Lune en 2024. Si tout se déroule comme prévu, le rover VIPER arrivera deux ans à l’avance, recueillant les données et les mesures de la glace d’eau dans cette région.
De la taille d’une voiturette de golf, le rover de la NASA est équipé de quatre instruments scientifiques, dont une perceuse d’un mètre de long. L’insertion de la foreuse sera guidée par le système de spectromètre neutronique du rover, qui est conçu pour détecter les zones plus humides sous la surface. Les échantillons qu’il prélèvera de ces sites de forage seront ensuite analysés par une autre paire de spectromètres embarqués.
« C’est incroyablement intéressant d’avoir un rover qui se rend dans ce nouvel environnement unique du pôle Sud pour découvrir où exactement nous pouvons récolter cette eau », dit Anthony Colaprete, le scientifique du projet VIPER. « VIPER nous dira quels endroits ont les concentrations les plus élevées et à quelle profondeur sous la surface de la Lune il faudra aller pour avoir accès à l’eau. »
De plus, le rover Viper recueillera des données sur la variété des conditions du sol et la façon dont elles peuvent être influencées par la lumière et la température. Cela pourrait aider à informer les scientifiques d’autres endroits potentiels sur la Lune où de la glace d’eau pourrait se cacher. Au total, VIPER passera 100 jours à parcourir la surface de la Lune à la recherche de signes d’eau, ses données devant être utilisées pour former la première carte mondiale de l’eau de notre satellite naturel.

L’eau est essentiel pour vivre sur la Lune

« La clé pour vivre sur la Lune, c’est l’eau – la même chose qu’ici sur Terre », explique Daniel Andrews, chef de projet de la mission VIPER et directeur de l’ingénierie au Centre de recherche Ames de la NASA dans la Silicon Valley. « Depuis la confirmation de la présence de glace d’eau lunaire il y a dix ans, la question est de savoir si la Lune pourrait vraiment contenir la quantité de ressources dont nous avons besoin pour vivre hors de notre monde. Ce rover nous aidera à répondre aux nombreuses questions que nous nous posons sur l’endroit où se trouve l’eau et sur la quantité d’eau qu’il nous reste à utiliser. »
La vidéo ci-dessous donne un aperçu de la mission VIPER, qui devrait atterrir au pôle Sud de la Lune en décembre 2022.

Source : NASA
Crédit photo : Pixabay