nouveau-désinfectant-plaies
Les désinfectants sont essentiels dans des domaines comme la médecine, mais ils sont difficiles à expédier dans les villages éloignés des pays en développement. Il pourrait bientôt être possible de produire du peroxyde d’hydrogène sur place, en utilisant seulement de l’électricité, de l’eau et de l’air.

Un désinfectant produit localement

Largement utilisé comme agent antibactérien dans diverses industries, le peroxyde d’hydrogène (H2O2) est essentiellement de l’eau avec un atome d’oxygène supplémentaire.
Dans sa formulation domestique couramment utilisée, il est mélangé à de l’eau ordinaire à une concentration de 3 % d’H2O2 à 97 % d’eau, ce qui signifie qu’il faut aussi expédier beaucoup d’eau et donc de transporter de lourdes charges . Il peut être plus concentré, mais il devient alors très réactif et donc potentiellement dangereux, ce qui nécessite des procédures d’expédition spéciales.
Bien que la production d’H2O2 sur place dans des régions éloignées puisse être une solution de rechange, le procédé de fabrication se déroule habituellement dans de grandes usines chimiques énergivores, où un approvisionnement régulier en méthane est requis comme source d’hydrogène. C’est dans cet esprit que les scientifiques du MIT ont mis au point une nouvelle technique qui peut être intégrée dans une installation compacte et portable.
Bien que la procédure nécessite encore un peu d’électricité, il s’agira d’une quantité suffisamment faible pour qu’elle puisse être fournie par des sources renouvelables comme des panneaux solaires ou des éoliennes.
Ce courant est utilisé pour alimenter un électrolyseur qui décompose l’eau en hydrogène et en oxygène. Les atomes d’hydrogène réagissent et se lient avec une molécule « médiatrice » connue sous le nom d’anthroquinone, qui est ensuite transférée dans une unité séparée remplie d’eau riche en oxygène – cet oxygène est obtenu de l’air ambiant.

Ce système produit du peroxyde d’hydrogène

Les paires d’atomes d’hydrogène portés par le médiateur se lient ensuite avec des molécules d’oxygène simples dans l’eau, formant du peroxyde d’hydrogène. Et bien que la concentration de ce H2O2 soit relativement faible pour l’instant, les scientifiques sont convaincus qu’elle peut être considérablement augmentée. L’anthroquinone, quant à elle, retrouve son état d’origine lorsque l’hydrogène s’éloigne pour se lier à l’oxygène, ce qui lui permet d’être réutilisé plusieurs fois.
« C’est un processus assez étonnant, parce que vous prenez des choses abondantes, comme de l’eau, de l’air et de l’électricité, que vous pouvez utiliser pour produire localement un désinfectant, et vous l’utilisez pour assainir l’environnement, une plaie ou la qualité de l’eau », dit le professeur Yogesh Surendranath, du MIT.
Cette recherche a été publiée dans Joule.
Source : MIT
Crédit photo : Pixabay

Une nouvelle façon de produire un désinfectant martinbiothechnologie
Les désinfectants sont essentiels dans des domaines comme la médecine, mais ils sont difficiles à expédier dans les villages éloignés des pays en développement. Il pourrait bientôt être possible de produire du peroxyde d'hydrogène sur place, en utilisant seulement de l'électricité, de l'eau et de l'air. Un désinfectant produit localement Largement...