neurones-de-navigation
un nouveau type de neurones de navigation ont été découverts dans le cerveau des mammifères, et ils changent fondamentalement notre compréhension de la façon dont nous nous relions aux objets dans notre environnement.

Un nouveau type de neurones

Nous savions déjà comment les mammifères, y compris les humains, se situaient dans un environnement grâce à la découverte des cellules de lieu et des cellules de grilleé On suppose que ces cellules forment une sorte de système GPS interne du cerveau. Les « cellules à traces vectorielles » nouvellement découvertes ajoutent une autre couche de complexité à ce système parce que leur activité dépend plus des objets dans l’environnement que de l’environnement lui-même.
Les cellules de trace vectorielle deviennent actives lorsque nous voyons un objet. Ils nous aident à juger de la distance qui nous sépare de cet objet et de sa distance relative par rapport aux autres objets que nous pouvons voir.
Mais les cellules de trace vectorielle sont actives même lorsque l’objet qu’elles ont suivi n’est plus visible ou a été enlevé par quelqu’un d’autre, et elles peuvent rester dans cet état actif pendant des heures. En d’autres termes, ces cellules – en supposant qu’elles soient présentes dans le cerveau humain – peuvent nous aider à nous rappeler où nous avons vu un objet la dernière fois.

Une découverte faite par accident

Steven Poulter et ses collègues de l’Université de Durham, au Royaume-Uni, en collaboration avec des chercheurs de l’University College London, ont découvert ces nouveaux neurones par accident. L’équipe travaillait à une expérience qui consistait à mettre des obstacles (des bouteilles de vin, dans ce cas-ci) sur le chemin des rats, tout en surveillant l’activité dans le cerveau des rongeurs, particulièrement dans une région de l’hippocampe appelée subiculum.
« Un soir, j’ai pris quelques bouteilles et j’ai regardé la réponse neuronale, mais elle est restée la même, » dit Poulter. Il a d’abord supposé qu’il y avait une erreur dans le logiciel, mais il s’est vite rendu compte que certains types de cellules étaient constamment en activité comme si les bouteilles de vin étaient toujours là. L’équipe a ensuite confirmé, après quatre années d’expériences supplémentaires, que ces cellules étaient un type de neurone jamais vu auparavant.
Colin Lever, un codécouvreur de ces cellules, dit que ce que ces cellules ne peuvent pas faire, c’est identifier les objets. Ils font office de contrôleurs à distance, mais les informations qu’ils génèrent et stockent sont les mêmes, que l’objet en question soit un téléphone mobile ou un bureau.
Ces cellules ne semblent pas non plus faire la différence entre les objets et les obstacles. Une brique sur laquelle un rat peut simplement ramper active ces neurones de la même manière qu’une bouteille de vin que les animaux doivent transporter. Même une ligne peinte sur le sol active ces neurones de la même manière.

Elles seraient présentes chez l’homme

Lever soupçonne que ces cellules se trouveront dans le cerveau humain, notant qu’il existe déjà des preuves indirectes de la présence de ces cellules chez les humains. Il suggère qu’ils sont vitaux pour la façon dont nous visualisons notre chemin dans une pièce ou un espace. Il spécule aussi que, comme le subiculum. est l’une des premières régions du cerveau à dégénérer avec l’apparition de la maladie d’Alzheimer, il pourrait expliquer pourquoi le fait d’oublier où vous avez laissé un objet est souvent l’un des premiers symptômes de cette maladie.
Alastair Smith, de l’Université de Plymouth, au Royaume-Uni, qui n’a pas participé à cette étude, affirme que ces résultats semblent « nous éloigner d’un système qui nous dit où nous sommes dans l’espace et nous dit où se trouvent d’autres choses dans cet espace ».

Une découverte importante

Neil Burgess, de l’University College London, affirme que la découverte de ces cellules est importante et qu’elle permet de vérifier d’anciennes théories sur la mémoire spatiale. Il est relativement rare que les neurologues trouvent une classe de cellules qui fonctionne d’une manière que leurs modèles théoriques prédisent exactement, dit-il.
Cette recherche a été publiée dans bioRxiv.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

De nouveaux neurones de navigation ont été découvertsmartinBiologie
un nouveau type de neurones de navigation ont été découverts dans le cerveau des mammifères, et ils changent fondamentalement notre compréhension de la façon dont nous nous relions aux objets dans notre environnement. Un nouveau type de neurones Nous savions déjà comment les mammifères, y compris les humains, se situaient dans...