NASA-missions-pluton
La NASA a chargé la Southwest Research Institute (SwRI) d’étudier la faisabilité d’envoyer une mission orbitale vers Pluton. L’une des 10 études de la mission financées par la NASA pour le Planetary Science Decadal Survey, son but est d’envoyer un engin spatial sans pilote pour effectuer une étude de deux ans sur la planète naine ainsi que deux autres objets de la ceinture de Kuiper (KBOs).

Une mission de la NASA vers Pluton

Lorsque la sonde spatiale New Horizons de la NASA est passée près de Pluton le 14 juillet 2015, elle a révolutionné notre connaissance de cette planète naine et de ses cinq lunes avant de rencontrer Kuiper Belt Object (KBO) 2014 MU69. Malheureusement, comme il se déplaçait à une vitesse de 14 km/sec, il n’est resté à proximité de Pluton que quelques heures, ce qui fait qu’il y a encore des lacunes importantes dans nos connaissances – dont la moindre n’est pas que New Horizons n’a pu cartographier toute la surface de la planète.
Aujourd’hui, la NASA envisage une visite à plus long terme avec une seule sonde à propulsion nucléaire en orbite autour de Pluton pendant deux ans avant de se diriger vers l’étude de deux autres KBO. Bien que les détails de cette nouvelle soient sommaires, elle aurait une charge utile plus importante que New Horizons et des instruments plus perfectionnés, plus adaptés à une mission orbitale. De plus, l’objectif de visiter d’autres KBOs suggère qu’il inclura une sorte de propulsion ionique.
Le Southwest Research Institute, qui a dirigé la mission New Horizons, a été financé par la NASA pour examiner la conception et les exigences physiques de l’engin spatial, sa charge utile et ses coûts préliminaires, et pour effectuer une évaluation des risques. Les résultats de cette étude devraient être présentés lors de la National Academy Planetary Decadal Study en 2020.

Utilise la gravité de la plus grande lune de Pluton

« Dans une étude financée par SwRI qui a précédé cette nouvelle étude financée par la NASA, nous avons développé une tournée orbitale du système de Pluton, montrant que la mission était possible avec les lanceurs de capacité prévus et les systèmes de propulsion électrique existants », a déclaré le Dr Alan Stern, chercheur principal de SwRI pour la mission New Horizons et de l’étude financée par SwRI.
« Nous avons également montré qu’il était possible d’utiliser la grvité de la plus grande lune de Pluton, Charon, pour échapper à l’orbite de Pluton et retourner dans la ceinture de Kuiper pour explorer d’autres KBO comme MU69 et au moins une autre planète naine pour la comparer à Pluton ».
Source : SwRI
Crédit photo : Pixabay