médicament-expérimentale-cancer-des-poumons-mutation
Un médicament expérimental peut réduire le nombre de tumeurs causées par une mutation génétique responsable de nombreux cancers, ouvrant la voie à un traitement plus personnalisé de cette maladie.

Un médicament expérimental

Jusqu’à un cancer sur quatre présente une mutation du gène KRAS, qui est responsable d’une protéine qui contrôle la croissance cellulaire. Ces mutations peuvent entraîner la croissance incontrôlée de cellules normales, ce qui mène au cancer. « Les patients atteints de tumeurs mutantes KRAS ont généralement un pronostic plus défavorable et n’ont pas bénéficié de traitements efficaces jusqu’à présent », explique Jude Canon de la société biopharmaceutique Amgen.
Pourtant, trouver un moyen de cibler cette protéine est resté insaisissable depuis sa découverte il y a plus de 30 ans. Canon et ses collègues ont fait une percée lorsqu’ils ont trouvé un sillon à la surface de la protéine KRAS avec l’une des mutations communes – la mutation G12C. Cela leur a permis de mettre au point un médicament qui se lie sélectivement à la protéine mutante et l’empêche de fonctionner.
La mutation G12C est présente dans environ 13 % des adénocarcinomes pulmonaires, un type de cancer du poumon non à petites cellules, 3 % des cancers colorectaux et 2 % des autres tumeurs solides. Lorsque les chercheurs ont testé ce médicament, appelé AMG 510, ils ont découvert que huit souris sur dix étaient devenues exemptes de cancer à forte dose.

360 mg de ce médicament a fait diminuer une tumeur de 67%

L’équipe a également étudié les effets du médicament sur quatre personnes atteintes d’un carcinome pulmonaire non à petites cellules. Après six semaines, une personne ayant reçu une dose de 180 milligrammes a vu sa tumeur rétrécir de 34 pour cent, et une autre ayant reçu une dose de 360 milligrammes a vu sa tumeur diminuer de 67 pour cent. Le cancer n’a pas augmenté ou diminué chez les deux autres personnes avec des doses de 180 milligrammes.
Canon et ses collègues ont également constaté que l’AMG 510 semble amorcer le système immunitaire contre le cancer. Après l’ablation des tumeurs chez la souris, l’équipe a essayé d’injecter de nouvelles cellules tumorales. Mais leur corps ne voulait pas faire croître les cellules tumorales, ce qui suggère que le système immunitaire s’était adapté. « C’est une observation remarquable », dit Simon Conn, de l’Université Flinders, en Australie.

Le meilleur candidat pour un large éventail de cancers

En s’associant au profilage génétique, ce médicament offre le meilleur candidat à ce jour pour améliorer le traitement personnalisé d’un éventail de cancers courants et rares, en particulier le carcinome pulmonaire non à petites cellules, explique Conn.
Cette recherche a été publiée dans Nature.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

L'AMG 510 un médicament expérimental contre le cancer martinbiothechnologie
Un médicament expérimental peut réduire le nombre de tumeurs causées par une mutation génétique responsable de nombreux cancers, ouvrant la voie à un traitement plus personnalisé de cette maladie. Un médicament expérimental Jusqu'à un cancer sur quatre présente une mutation du gène KRAS, qui est responsable d'une protéine qui contrôle la...