pouvoir-sentir-les-odeurs-sans-sans-bulbe-olfactif
Le bulbe olfactif, une structure située à l’avant même du cerveau, joue un rôle essentiel dans notre capacité à sentir les odeurs. Ou du moins, c’est ce que nous pensions. En effet, une équipe de recherche a découvert un groupe de femmes qui ont un sens de l’odorat parfaitement normal, mais qui semblent manquer de bulbes olfactifs, ce qui modifie complètement notre vision de longue date de l’odorat.

Sentir sans bulbe olfactif

L’équipe, y compris Tali Weiss et Noam Sobel de l’Institut scientifique Weizmann en Israël, cherchait à établir un lien entre la capacité de sentir et la reproduction. Leurs recherches ont suggéré que l’une des femmes volontaires dans leurs expériences ne possédait pas de bulbes olfactifs. Ceci est inhabituel mais pas remarquable: une personne sur 10 000 n’a pas de bulbes olfactifs et ces personnes ne peuvent rien sentir.
Cette femme était différente. Sobel a déclaré que la femme de 29 ans était catégorique: j’ai un très bon sens de l’odorat, a-t-elle affirmé. Tous les tests qu’ils lui ont passés laissent à penser qu’elle avait effectivement une bonne capacité à distinguer les odeurs, bien qu’elle ne possède pas les neurones que l’on pense généralement nécessaires pour le faire. Ensuite, alors que les chercheurs poursuivaient leurs recherches, ils ont trouvé une autre femme présentant le même état. «Nous avons été époustouflés», déclare Sobel.

Chez les femmes seulement

Les chercheurs se sont ensuite tournés vers le projet Human Connectome, qui regroupe les scores d’olfaction de tous les participants. Ils ont examiné les informations fournies par environ 600 femmes et 500 hommes et ont trouvé trois autres femmes capables de sentir sans les bulbes d’olfaction. Aucun des hommes n’avait cette faculté.
À l’aide de ces données, ils ont pu estimer à environ 0,6% les chances d’être une femme capable de sentir normalement sans bulbe olfactif. Mystérieusement, les chances sont plus élevées chez les femmes gauchères. Parmi le sous-ensemble de la population gauchère, les femmes dépourvues de bulbes olfactifs ont environ quatre pour cent de chances de pouvoir encore sentir normalement.
Sobel dit qu’il y a deux hypothèses pour expliquer ces résultats. C’est peut-être une preuve supplémentaire de la plasticité du cerveau: des bulbes olfactifs manquants peuvent se réorganiser afin que d’autres régions du cerveau puissent assumer la tâche de la perception des odeurs. Alternativement, ces découvertes pourraient suggérer que nous en savons moins sur notre capacité à sentir que nous le pensions.
Pour le moment, il est impossible de faire la distinction entre ces deux possibilités. Sobel a expliqué que l’étape suivante consistait à scanner le cerveau de 500 femmes gauchères, dans le but d’identifier environ 20 personnes atteintes de cette faculté. En utilisant cet échantillon plus important, Sobel et ses collègues souhaitent explorer les limites de la capacité à sentir en l’absence de bulbes olfactifs. Ce faisant, pourraient-ils, espèrent-ils, nous aider à expliquer pourquoi nous avons vraiment besoin de nos bulbes olfactifs.

Des résultats qui auraient du sens

Andreas Schaefer, du Francis Crick Institute, au Royaume-Uni, déclare que si les résultats sont inattendus, ils ont du sens quand on pense aux études sur les rongeurs et à la façon dont les rats peuvent sentir même après que des parties du système olfactif ont été lésées. «Cette étude est surprenante et passionnante, mais c’est logique», dit-il.
Cette recherche a été publiée dans Neuron.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Sentir les odeurs sans avoir de bulbe olfactifmartinBiologie
Le bulbe olfactif, une structure située à l'avant même du cerveau, joue un rôle essentiel dans notre capacité à sentir les odeurs. Ou du moins, c'est ce que nous pensions. En effet, une équipe de recherche a découvert un groupe de femmes qui ont un sens de l'odorat parfaitement...