la-dengue-vaccin-expérimental
Un vaccin expérimental contre la dengue est efficace à 80 % pour prévenir les infections, selon les résultats préliminaires d’un vaste essai clinique. La dengue est une maladie transmise par les moustiques qui touche environ 390 millions de personnes chaque année. Si elle n’est pas traitée, elle a un taux de mortalité de 20 %.

Un vaccin contre la dengue

Le premier vaccin contre la dengue, appelé dengvaxia, a commencé à être déployé aux Philippines en 2016, mais la campagne a été interrompue l’année suivante lorsque des problèmes de sécurité sont apparus. Les essais ont montré que ce vaccin augmentait le risque d’avoir cette maladie chez les personnes qui n’ont jamais eu une infection à la dengue.
Plus tôt cette année, les autorités de la réglementation américaines ont approuvé le dengvaxia, mais ont déclaré qu’elle ne devrait être administrée aux personnes que si les tests montraient qu’elles avaient déjà été infectées par le virus.
Ce nouveau vaccin, développé par la société pharmaceutique japonaise Takeda, est basé sur un virus vivant affaibli. Il a été comparé à un placebo lors d’un essai auquel ont participé plus de 20 000 enfants âgés de 4 à 16 ans dans 26 sites en Asie et en Amérique latine. Chaque enfant a reçu deux doses du vaccin, à trois mois d’intervalle. Les résultats actuels sont basés sur un suivi d’un an après la deuxième dose, mais trois autres années sont prévues.

Efficace dans de nombreux cas

Contrairement au dengvaxia, ce nouveau vaccin semble bien fonctionner tant pour les personnes ayant déjà été exposées au virus que pour celles qui ne l’ont pas été. Il existe quatre versions du virus de la dengue en circulation. Le vaccin semble offrir une bonne protection contre un type et une protection partielle contre au moins deux autres.
Compte tenu de ce qui s’est passé avec le dengvaxia, nous devons attendre plus longtemps pour savoir si ces résultats protecteurs sont stables, dit Scott Halstead, un chercheur retraité sur la dengue.
Duane Gubler, de la Duke-NUS Medical School de Singapour, qui est titulaire du brevet du nouveau vaccin, affirme que les résultats sont prometteurs. « Si ces résultats se maintiennent pendant le suivi à long terme et si ce vaccin montre une réduction significative de la maladie, ce vaccin, s’il est utilisé correctement, pourrait avoir un impact majeur sur notre capacité à prévenir et à contrôler la pandémie de dengue qui ravage actuellement le monde. » dit-il.
Cette recherche a été publiée dans le New England Journal of Medicine.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay