Gigantopithèque-découverte
D’au moins 2,5 mètres de haut, les Gigantopithecus vivaient dans les forêts de l’Asie du sud-est il y a entre 2 millions et 300 000 ans. Ils étaient plus grands que n’importe quel grand singe vivant à cette époque.

L’arbre généalogique des Gigantopithecus en utilisant des protéines

Mais tout ce que nous en avons trouvé jusqu’à présent, ce sont des dents et des fragments de mâchoires, de sorte que nous en savons peu sur leur apparence ou leur comportement. Aujourd’hui, nous avons pu entrevoir leur arbre généalogique qui suggère qu’ils s’étaient séparés de ses cousins de type orang-outan il y a environ 11 millions d’années.
Pour créer cet arbre généalogique, Frido Welker de l’Université de Copenhague au Danemark et ses collègues ont étudié une dent de Gigantopithecus de 1,9 million d’années découverte en Chine du Sud.
Le climat de cette région est subtropical, avec une température moyenne d’environ 20°C. Dans des conditions aussi chaudes et humides, l’ADN se décompose rapidement, il n’est donc pas possible de lire le génome de Gigantopithecus. Au lieu de cela, l’équipe a extrait des protéines de l’émail de ses dents, car elles sont plus durables.
« C’est la grande percée de cet article », dit Katerina Douka de l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine à Iéna, en Allemagne. L’ADN est normalement utilisé pour de telles études, mais les protéines sont une alternative prometteuse dans les cas où cela n’est pas possible. « Jusqu’à présent, personne n’avait réussi à obtenir de l’ADN de plus de 8000 à 10 000 ans de cette partie du monde. »
Les chercheurs ont comparé les protéines de Gigantopithecus à celles d’autres singes. Cela leur a permis de dessiner un arbre généalogique qui suggère que les parents vivants les plus proches des Gigantopithecus sont des orangs-outans.

Les orangs-outans sont les proches parents des Gigantopithecus 

Cela a longtemps été suspecté, dit Russell Ciochon de l’Université de l’Iowa. « Nous nous attendons à ce que Gigantopithecus soit plus proche des orangs-outans que des singes d’Afrique », dit-il.
L’étude de Welker suggère que les ancêtres des Gigantopithecus se sont séparés de ceux des orangs-outans il y a 10 à 12 millions d’années, une époque où les singes se diversifiaient.
Cela signifie qu’une grande partie de l’histoire de l’évolution des singes reste inconnue, car les plus anciens restes des Gigantopithecus découverts jusqu’à présent n’ont que 2 millions d’années.
Cette étude est un pas en avant significatif pour l’utilisation des protéines anciennes. Elle démontre qu’il est possible d’obtenir des protéines à partir de dents de 2 millions d’années dans des climats chauds. Les protéines peuvent durer encore plus longtemps dans les fossiles des régions plus tempérées. En effet, d’autres chercheurs ont réussi à extraire des protéines d’un os de chameau de 3,5 millions d’années trouvé dans l’Arctique.
On ne sait pas exactement combien de temps ces protéines peuvent être conservées. Certains chercheurs prétendent avoir extrait des protéines de fossiles de dinosaures vieux de 66 millions d’années. Cependant, plusieurs croient que ces protéines sont une contamination bactérienne.

Les protéines ont une durée de vie plus longue

Douka est optimiste quant à la durée de vie des protéines anciennes. Elle dit qu’il serait possible que les protéines des dinosaures soient préservées, mais elle pense que nos techniques ne sont pas encore assez sensibles pour les détecter de façon fiable.
Cette recherche a été publiée dans Nature.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Les Gigantopithecus étaient des cousins des orangs-outansmartinPréhistoire
D'au moins 2,5 mètres de haut, les Gigantopithecus vivaient dans les forêts de l'Asie du sud-est il y a entre 2 millions et 300 000 ans. Ils étaient plus grands que n'importe quel grand singe vivant à cette époque. L'arbre généalogique des Gigantopithecus en utilisant des protéines Mais tout ce que...