circuits-cérébraux-reconnaître-nos-amis
Des scientifiques ont identifié les circuits cérébraux qui permettent de reconnaître rapidement des émotions comme la colère et le bonheur et de mieux comprendre des troubles tels que l’anxiété et la psychose.

Des circuits cérébraux qui identifient les émotions

L’étude de l’Université du Queensland a révélé que le traitement rapide des émotions permettait de reconnaître un ami ou un ennemi potentiel – une capacité essentielle à la survie. Les chercheurs du UQ Queensland Brain Institute ont été en mesure de lier pour la première fois un faisceau de fibres au fond du cerveau au comportement social humain.
Ilvana Dzafic, auteur principal, a déclaré que ce faisceau de fibres, connu sous le nom de stria terminalis, était impliqué dans le traitement rapide des émotions dans des situations sociales menaçantes.
« Les personnes atteintes de troubles psychotiques et anxieux ont une voie altérée de la stria terminalis« , a déclaré le Dr Dzafic, basé à l’Université de Melbourne. « Notre découverte pourrait expliquer le lien entre ces troubles et les déficits du traitement des émotions, mais aussi potentiellement éclairer de futurs objectifs pour des traitements.
« Les personnes atteintes de psychose peuvent percevoir la menace chez les autres personnes quand il n’y en a pas, tandis que les personnes souffrant d’anxiété et de stress post-traumatique peuvent avoir une anticipation anormalement élevée de la menace. »

Un test avec 46 volontaires hommes et femmes

Pour créer une simulation réaliste de l’émotion dynamique, les chercheurs ont montré des vidéos d’une actrice décrivant des émotions soit heureuses soit en colère à 46 volontaires hommes en bonne santé alors qu’ils subissaient des examens IRM.

Deux autres voies cérébrales ont été identifiées. l’une d’elles était une région du cerveau située à l’intérieur des lobes temporaux, connue sous le nom d’amygdale, et l’autre était un réseau d’attention, connecté au carrefour temporo-pariétal, une région du cerveau impliquée dans la réorientation de l’attention.
L’équipe a constaté que ces réseaux cérébraux aidant à reconnaître l’émotion changeaient selon que le participant s’attendait ou non à voir l’émotion avec laquelle ils étaient présentés.
« Le réseau de l’amygdale a facilité la reconnaissance rapide de la colère lorsque les gens s’attendaient à une menace, alors que le réseau d’attention était important pour la reconnaissance des menaces inattendues », a déclaré le Dr Dzafic.

Élargir cette recherche aux femmes

Les chercheurs ont déclaré que la prochaine étape consistera à élargir cette recherche aux femmes volontaires, la structure de stria terminalis étant différente chez les hommes et les femmes. M. Dzafic examinera également les personnes angoissées par la menace pour comprendre si la stria terminalis est importante lors de l’apprentissage dans des situations stressantes .
Les conclusions de cette étude ont été publiées dans Human Brain Mapping.
Source :  University of Queensland
Crédit photo : Pixabay