métabolite-microbes-intestins-vieillissement
Une nouvelle étude suggère qu’un métabolite produit par les microbes de l’intestin pourrait augmenter la production de neurones dans le cerveau, améliorer la fonction intestinale et finalement ralentir le processus de vieillissement. Dans le cadre de plusieurs expériences sur des souris, cette recherche a révélé que les effets négatifs du vieillissement pourraient être contrecarrés par une production microbienne accrue d’une molécule appelée butyrate.

Le vieillissement influencé par le microbiome intestinal

En étudiant l’effet du microbiome intestinal sur le vieillissement, cette nouvelle recherche a d’abord effectué des transplantations de microbiomes intestinaux entre des souris âgées et des jeunes souris. À l’aide de transplantations fécales, on a colonisé de jeunes souris sans germes avec le microbiote intestinal de souris plus âgées. Les résultats ont été quelque peu inattendus, car les souris plus jeunes colonisées par les plus vieux microbiomes présentaient une neurogenèse accrue – un processus par lequel de nouveaux neurones sont produits dans le cerveau.
« Nous avons découvert que les microbes prélevés sur une vieille souris ont la capacité de soutenir la croissance neurale chez une souris plus jeune », explique Sven Pettersson, responsable de l’équipe de recherche de la Nanyang Technological University à Singapour. « C’est une observation surprenante et très intéressante. »
Comparativement à un groupe témoin de jeunes souris sans germes colonisées par les microbiomes intestinaux de jeunes souris dont l’âge correspondait à celui des jeunes souris, les microbiomes plus âgés semblaient avoir des effets bénéfiques plus importants sur les jeunes souris. En essayant de comprendre l’origine de ces effets inhabituels, les chercheurs ont découvert que les vieux microbiomes contenaient de plus de microbes qui produisaient un acide gras à chaîne courte appelé butyrate.
L’administration de butyrate aux souris plus jeunes a eu des effets bénéfiques sur la santé intestinale et la neurogenèse. Les chercheurs affirment que cela implique qu’un microbiome vieillissant en santé peut augmenter les populations de microbes producteurs de butyrate afin d’équilibrer les déficits plus systémiques du vieillissement dans un organisme.

Le vieillissement pourrait être modulé

Une hypothèse intéressante venant de cette étude suggère que le vieillissement pourrait être modulé plus généralement par le microbiome intestinal, et que des déséquilibres plus extrêmes des populations bactériennes intestinales peuvent produire des maladies liées au vieillissement précoce. Brian Kennedy, de l’Université nationale de Singapour, qui n’a pas travaillé sur cette étude en particulier, mais souligne que ces nouvelles connaissances améliorent notre compréhension de l’influence de notre microbiome intestinal pour une longévité saine.
« Il est intrigant de constater que le microbiome d’un animal âgé peut favoriser des phénotypes jeunes chez un jeune receveur », dit Kennedy. « Cela suggère que le microbiote avec l’âge a été modifié pour compenser les déficits accumulés de l’hôte et amène à se demander si le microbiome d’un jeune animal aurait des effets plus ou moins importants sur un jeune hôte.
Cette nouvelle étude soulève la perspective que le vieillissement en bonne santé pourrait être favorisé soit par des produits diététiques qui améliorent les populations microbiennes productrices de butyrate, soit par une supplémentation directe en butyrate. M. Pettersson note que d’autres recherches sont nécessaires pour explorer comment le butyrate est lié à la neurogenèse et au vieillissement en bonne santé chez les humains.

Utiliser des produits alimentaires pour favoriser une bonne santé

« Nous pouvons concevoir de futures études chez l’homme dans le cadre desquelles nous testerions la capacité des produits alimentaires contenant du butyrate à soutenir le vieillissement en santé et la neurogenèse chez l’adulte », dit Pettersson. À Singapour, avec sa forte culture alimentaire, explorer l’utilisation de la nourriture pour se « guérir », serait une prochaine étape intéressante, et ces résultats pourraient être importants dans la recherche d’un vieillissement en bonne santé. »
Cette recherche a été publiée dans Science Translational Medicine.
Source : Nanyang Technological University
Crédit photo : Pixabay

Un lien entre le microbiome intestinal et le vieillissement martinBiologie
Une nouvelle étude suggère qu'un métabolite produit par les microbes de l'intestin pourrait augmenter la production de neurones dans le cerveau, améliorer la fonction intestinale et finalement ralentir le processus de vieillissement. Dans le cadre de plusieurs expériences sur des souris, cette recherche a révélé que les effets négatifs...