des-fourmis-cannibales-radiation
Nous avons une solution au mystère de savoir comment des milliers de fourmis rouges (Formica polyctena) ont survécu sans nourriture dans un bunker d’armes nucléaires abandonné en Pologne. La réponse est simple. Quand elles avaient faim, elles se mangeaient entre elles.

Des fourmis devenues des cannibales

Les fourmis sont des créatures remarquables – certaines d’entre elles soignent leurs camarades blessés, tandis que d’autres ont appris les rudiments de l’agriculture. Mais malgré cela, les biologistes polonais ont été étonnés lorsqu’en 2013, ils ont trouvé une grande colonie de fourmis dans un vieux bunker nucléaire soviétique à l’Ouest de la Pologne.
Les fourmis étaient apparemment tombées accidentellement à travers un puits de ventilation au plafond et, incapables de s’échapper, elles avaient plutôt construit un grand nid. Comme les chercheurs n’ont pu trouver aucune source de nourriture, ils n’ont pas pu comprendre pourquoi ces fourmis n’étaient pas mortes de faim.
Ils ont supposé que la colonie avait grandi parce que de nouvelles fourmis tombaient dans le bunker depuis le sol forestier. Mais maintenant, ils ont examiné un échantillon de fourmis mortes sur le sol du bunker et ont trouvé une alternative plus horrible.

Des marques de morsures

Ils ont découvert que 93 % des cadavres de fourmis présentaient des marques de morsures et des trous dans l’abdomen. Il semble maintenant clair que les fourmis qui sont mortes en premier, très probablement de faim, sont devenues de la nourriture pour les autres.
L’équipe n’a pu trouver aucune reine ou larve dans ce bunker, mais les ouvrières piégées ont pu s’unir pour former une colonie efficace. Le cannibalisme est connu parmi les fourmis des bois, généralement après des batailles avec des colonies rivales, mais cette persistance extrême a étonné un des chercheurs, István Maák de l’Académie polonaise des sciences, à Varsovie.
« J’étais fasciné par cette colonie dans ce bunker », dit Maák. « Il n’y avait rien pour ces ouvriers, mais ils s’organisaient pour tout faire normalement, garder leur nid en ordre, transporter les cadavres dans des tas de déchets, former une sorte de nid avec de la terre tombée du ciel. Ils n’étaient pas assis dans un coin à pleurer. »

Elles ont retrouvé leurs anciens compagnons 

À la fin de leurs études, les chercheurs ont posé une planche contre le puits de ventilation. Les fourmis perdues ont grimpé et ont retrouvé leurs anciens compagnons de nidification en surface, comme si rien ne s’était passé.
Cette recherche a été publiée dans Journal of Hymenoptera Research.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay