baisse-de-production-cultures-aliments-changement-climatique
Neuf personnes sur dix pourraient vivre dans des pays où la production alimentaire agricole et halieutique sera en baisse d’ici la fin du siècle, si le changement climatique se poursuit sans contrôle.

Une baisse de la production agricole

La plupart des efforts visant à étudier l’impact du réchauffement de la planète portent sur l’agriculture ou les fruits de mer pris isolément. Lauric Thiault de l’Université de recherche PSL à Paris et ses collègues ont maintenant examiné les deux simultanément à l’aide de modèles climatiques et culturaux de pointe.
En utilisant les tendances démographiques nationales actuelles comme guide pour la répartition mondiale possible de la population en 2100, les chercheurs ont constaté que, dans le pire des scénarios climatiques, environ 90 % de la population mondiale vivront dans un pays où les deux secteurs auront une productivité alimentaire à la baisse d’ici 2100. Moins de 3 % de la population vivra dans des endroits où les deux seront à la hausse.
« Les pertes de productivité seront très probablement inévitables dans certains endroits. Mais l’atténuation des changements climatiques a un grand impact sur l’ampleur de ces pertes », affirme M. Thiault.

De la place pour s’adapter

L’agriculture verra sa productivité diminuer de 25 % dans le pire des scénarios climatiques. Si nous faisons davantage pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, la baisse de productivité pourrait être aussi faible que 5 % pour les pêches, la différence est une baisse de 60 % par rapport à une baisse de 10 %.
De même, moins de réchauffement signifie plus de marge d’adaptation : dans les scénarios à faibles émissions, les agriculteurs indiens pourraient passer à des cultures plus tolérantes à la chaleur comme le manioc. On s’attend à ce que les pays les plus pauvres des tropiques qui ont le moins de capacité d’adaptation soient les plus durement touchés, mais les pays les plus riches n’y échapperont pas, car le commerce alimentaire sera perturbé, dit Thiault.

Selon un chercheur d’autres facteurs peuvent jouer un rôle pour les populations

John Porter, de l’Université de Copenhague au Danemark, affirme que cette étude assimile à tort production alimentaire et sécurité alimentaire. Selon la dernière grande évaluation du groupe d’experts des Nations unies sur les sciences du climat, de nombreux autres facteurs socio-économiques jouent un rôle dans l’alimentation et la nutrition des populations. Thiault soutient que la productivité est toujours un élément important de la sécurité alimentaire.
Cette recherche a été publiée dans Science Advances.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Le changement climatique affectera la production agricolemartinChangement Climatique
Neuf personnes sur dix pourraient vivre dans des pays où la production alimentaire agricole et halieutique sera en baisse d'ici la fin du siècle, si le changement climatique se poursuit sans contrôle. Une baisse de la production agricole La plupart des efforts visant à étudier l'impact du réchauffement de la planète...