Tinder-ne-serait-une-bonne-façon-de-chercher-un-partenaire
Tinder n’a pas l’air d’être aussi doué que nous le pensons pour trouver un partenaire. Une analyse du service de jumelage a révélé que la plupart des gens ne rencontrent pas les autres par le biais de cette application et que les chances de rencontrer une personne intéressée par une relation à long terme sont relativement faibles.

Tinder serait peu efficace pour trouver un partenaire

Trond Viggo Grøntvedt de l’Université norvégienne des sciences et de la technologie et ses collègues ont interrogé 269 étudiants norvégiens qui ont déclaré être ou avoir été des utilisateurs de Tinder. Environ 60 % des étudiants étaient des femmes.
Ces gens ont rapporté qu’en moyenne, ils avaient été jumelés à plus de 100 autres personnes pendant leur temps d’utilisation de l’application. Mais seulement la moitié environ des participants ont dit avoir rencontré l’un de leurs partenaires en personne. La probabilité qu’un participant à cette étude utilise Tinder pour rencontrer un partenaire potentiel était la même pour les hommes et les femmes.
Seulement environ 25 % des participants à cette étude ont dit avoir utilisé l’application pour rencontrer une personne intéressée par une relation à long terme.
Aventures d’un soir
L’équipe de Grøntvedt a également découvert qu’environ 20 % des gens avaient utilisé Tinder pour rencontrer un partenaire dans le cadre d’une aventure d’un soir – bien que les participants aient également indiqué qu’ils étaient tout aussi susceptibles de se lancer dans une aventure d’un soir avec un partenaire qu’ils avaient rencontré par d’autres moyens.
Tinder n’est peut-être pas un moyen efficace de rencontrer un partenaire engagé à long terme, dit Grøntvedt. « Mais il s’agit d’une étude norvégienne, prévient-il. « Nous avons besoin de voir plus d’études interculturelles. »

Les responsables n’ont pas répondu à une demande de commentaires

Gareth Tyson de l’Université Queen Mary de Londres est sceptique quant à l’idée que Tinder a eu beaucoup d’effet sur les rencontres. « Tinder n’est peut-être pas en train de réécrire les principes fondamentaux des relations modernes : des schémas similaires continuent, simplement dans une nouvelle arène », dit-il. Tyson ajoute que cette étude est intéressante.
« Cette recherche remet en question le stéréotype selon lequel Tinder n’est qu’une « application sexuelle », et constate plutôt que cela ne s’applique qu’à une petite minorité d’utilisateurs. »
Les responsables de Tinder n’ont pas répondu à la demande de commentaires du New Scientist.
Cette recherche a été publiée dans Evolutionary Psychological Science.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay