les-câbles-sous-marins-de-fibres-optiques-peuvent-détecter-les-tremblements-de-terre
Les câbles à fibres optiques permettent des téléchargements rapides mais aussi la détection des tremblements de terre. Nathaniel Lindsey, de l’Université de Californie à Berkeley, et ses collègues ont transformé temporairement 20 kilomètres de câbles sous-marins à fibres optiques en une rangée de capteurs sismiques sur le fond de l’océan Pacifique.

Des câbles sous-marins en détecteurs sismiques

Les chercheurs ont enregistré un séisme d’une magnitude de 3,5 et ont découvert un nouveau système de failles au large des côtes de la Californie. Les câbles à fibres optiques transmettent l’information sous forme de lumière. Un vaste réseau sous-marin de ces câbles relie tous les continents à l’exception de l’Antarctique et transmet des données de télécommunications, y compris le trafic téléphonique et internet.
Les chercheurs ont utilisé une technique appelée détection acoustique distribuée, qui fonctionne en envoyant des impulsions de lumière à travers le câble et en analysant la lumière qui revient pour détecter de légers mouvements. « Si vous commencez à déplacer une certaine partie de la fibre parce qu’il y a des ondes sismiques qui se propagent, vous serez en mesure de voir la tension des ondes sismiques sur le câble », dit Lindsey.
Au cours d’une expérience de quatre jours, l’équipe a mesuré un tremblement de terre, ainsi que la diffusion des fronts d’onde du tremblement de terre par des failles inconnues auparavant – des fractures de la croûte terrestre – dans la baie Monterey. Nous ne connaissons toujours pas l’emplacement de toutes les failles sur Terre, en particulier dans les endroits difficiles à mesurer, comme sous les villes ou sur le fond marin.

Utiliser des câbles existants qui ne sont plus utilisés

La détection acoustique distribuée pourrait être utilisée pour transformer d’autres câbles existants qui ne sont pas utilisés en capteurs sismiques sous la mer afin de cartographier plus largement les failles sous-marines et les tremblements de terre, explique Lindsey. « Le nombre de capteurs que nous avons sur le fond marin de la côte ouest de l’Amérique du Nord peut être compté d’une seule main », dit-il. « Il y a beaucoup de câbles dans l’océan par rapport au nombre de capteurs que nous avons actuellement. »
Les câbles dans cette étude étaient situés dans une zone côtière peu profonde, avec une profondeur maximale d’environ 100 mètres. À l’avenir, les chercheurs prévoient de tester cette technique dans des zones où le fond marin est beaucoup plus profond ou plus incliné.
Cette recherche a été publiée dans Science.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay