les-tours-de-poussières-auraient-contribué-assèchement-de-Mars

La tempête de poussière mondiale de 2018 sur Mars qui a affecté le rover Opportunity de la NASA fournit aux scientifiques de précieuses informations sur le climat martien et sur la perte de l’atmosphère de la planète rouge au cours des milliards d’années.

Une tempête qui a fourni de précieuses informations

D’après les données de Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) de l’agence spatiale, la clé pourrait être dans des tours de poussières propulsées par les tempêtes jusqu’à 80 km de haut. C’est l’un des phénomènes martiens les plus extrêmes et ils se manifestent de façon subite environ une fois par décennie sous l’effet de gigantesques tempêtes de la poussière qui engloutissent complètement la planète, bloquant même les rayons du Soleil.

Ces tempêtes ont été observées pour la première fois par des télescopes terrestres et ont été confirmées lorsque la sonde Mariner 9 de la NASA a atteint Mars pour découvrir une boule floue, brune rougeâtre.

Cependant, 2018 était un événement marquant, car lorsque la tempête mondiale a éclaté, une petite flotte de véhicules spatiaux était en orbite et des instruments étaient à la surface pour enregistrer son cycle de vie. Le MRO était particulièrement utile, car son sondeur de climat de Mars et son imageur de contexte de Mars (MARCI) ont permis aux scientifiques d’examiner en profondeur la structure de cette tempête.

Les tempêtes génèrent des tours de poussière

Selon la NASA, une des choses qui a été découverte est que ces tempêtes mondiales génèrent des tours de poussière – des colonnes concentrées de poussière causées par la lumière du Soleil qui réchauffe les particules de poussière qui montent dans l’atmosphère sous forme de gros nuages ​​massifs et tourbillonnants.

Bien qu’elles puissent se produire dans des conditions normales, les tempêtes de poussière semblent se produire en grand nombre. Chacune d’entre elles peut être aussi large qu’un petit pays lorsqu’elles atteignent une hauteur de 80 km, et lorsqu’elles se décomposent, elles forment une couche de poussière à environ 56 km de la surface.

Ces tours expliqueraient l’assèchement de Mars

Ces tours revêtent une importance particulière, car elles peuvent expliquer la raison pour laquelle Mars a perdu son atmosphère dans le passé. En effet, ces tours de poussière peuvent avoir une durée de vie très longue. Certains ont même duré jusqu’à trois semaines et demie. Si l’ancienne Mars avait eu des tours similaires, la poussière aurait pu entraîner la vapeur d’eau jusqu’au bord de l’espace, où le rayonnement solaire aurait décomposé les molécules d’eau en atomes d’hydrogène et d’oxygène qui se seraient échappés dans l’espace.

« Les tempêtes de poussière mondiales sont vraiment inhabituelles », déclare David Kass, scientifique chez Mars Climate Sounder, de JPL. « Nous n’avons vraiment rien vu de tel sur la Terre, où la météo d’une planète entière change pendant plusieurs mois. »

Cette recherche a été publiée dans Journal of Atmospheric Science.

Source : NASA
Crédit photo : Pixabay

Les tours de poussière auraient contribué à assécher MarsmartinEspace
La tempête de poussière mondiale de 2018 sur Mars qui a affecté le rover Opportunity de la NASA fournit aux scientifiques de précieuses informations sur le climat martien et sur la perte de l'atmosphère de la planète rouge au cours des milliards d'années. Une tempête qui a fourni de précieuses informations D'après...