villes-pollution-séjours-hôpital-augmentation
Les jours de smog sont plus dangereux que vous ne le pensez. Même une exposition de courte durée à des particules fines – des particules solides et liquides suffisamment petites pour passer des poumons à la circulation sanguine – pourrait mener à des taux plus élevés de maladies suffisamment graves pour nécessiter un séjour à l’hôpital.

La pollution des villes un problème majeur et coûteux

« En moyenne, les jours où les gens sont hospitalisés sont plus pollués que les jours où ils ne le sont pas », dit Francesca Dominici, de l’Université Harvard. « Ce qui peut mener à ces petites augmentations peut être des changements dans la structure du trafic, l’utilisation accrue des centrales électriques, le vent qui apporte la pollution provenant d’autres régions ou les feux de forêt. »
Pour déterminer l’effet de cette pollution, Dominici et ses collègues ont analysé plus de 95 millions de dossiers hospitaliers américains couvrant une période de 13 ans, ainsi que les concentrations de particules de moins de 2,5 micromètres de diamètre, appelées PM2,5, dans le code postal du domicile d’un patient la veille de sa visite à l’hôpital.
Il y a eu 2 050 admissions supplémentaires à l’hôpital et 12 216 jours d’hospitalisation supplémentaires associés à chaque augmentation des particules fines de 1 microgramme par mètre cube. « C’est vraiment très peu », dit Dominici. Des augmentations plus importantes ont été observées plus de 120 jours par année à l’intérieur de chaque code postal au cours des années de cette étude, soit de 2000 à 2012.

634 décès et 100 millions de dollars en frais d’hospitalisation

Chaque année, chacune de ces augmentations de PM2,5 pourrait entraîner 634 décès et coûter 100 millions de dollars en frais d’hospitalisation, selon les modèles de l’équipe. Le risque accru d’hospitalisation a été observé pour plusieurs affections, dont les infections de la circulation sanguine, l’insuffisance rénale, les maladies cardiovasculaires et respiratoires, la maladie de Parkinson, l’inflammation et les caillots sanguins et le diabète.
Les dossiers hospitaliers provenaient de personnes sous Medicare, un type de soins de santé du gouvernement américain pour les personnes âgées de plus de 65 ans, mais Dominici dit que des recherches antérieures ont montré que l’exposition aux PM2,5 a aussi des effets nocifs sur les jeunes personnes.

L’OMS révise ses directives

Selon les lignes directrices de l’Organisation mondiale de la santé sur la qualité de l’air, les PM2,5 devraient être limitées à 25 microgrammes par mètre cube. Dominici et ses collègues ont constaté que les risques pour la santé demeurent même lorsqu’ils limitent leur analyse aux jours compris dans cette concentration. L’OMS révise actuellement ses directives.
Cette recherche a été publiée dans British Medical Journal.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Les visites à l'hôpital augmentent les jours très polluésmartinSociété
Les jours de smog sont plus dangereux que vous ne le pensez. Même une exposition de courte durée à des particules fines - des particules solides et liquides suffisamment petites pour passer des poumons à la circulation sanguine - pourrait mener à des taux plus élevés de maladies suffisamment...