épave-navire-romain-amphores-préservation
Une épave romaine vieille de 2000 ans trouvée avec des milliers de conteneurs bien conservés peut révéler des indices sur les gens qui ont vécu au début de l’Empire romain, ainsi que sur leur économie et leur commerce. George Ferentinos de l’Université de Patras, en Grèce, et ses collègues ont exploré le fond marin autour de la côte de l’île de Kefallinia dans la mer Ionienne en utilisant l’imagerie sonar.

Une épave romaine remplit d’amphores

Ils ont découvert trois épaves de la Seconde Guerre mondiale – deux navires et un avion – qui sont presque intacts, ainsi qu’un grand navire romain qu’ils ont surnommé le Fiscardo, d’après le port de pêche où il a été découvert.
Le haut de l’épave est rempli de piles de contenants en forme de carafes, appelés amphores. Leurs formes distinctives ont permis à Ferentinos et à son équipe de dater l’épave entre le Ier siècle avant JC et le Ier siècle après JC. Avec ses 34 mètres de long et ses 13 mètres de large, le Fiscardo est l’une des quatre plus grandes épaves de cette période que l’on a retrouvé en Méditerranée, et la plus grande de l’Est de la Méditerranée, dit Ferentinos.
« Il est à moitié enfoui dans les sédiments, alors nous avons bon espoir que si nous allons pour faire des recherches dans l’avenir, nous trouverons une partie ou la totalité de la coque en bois », dit-il. Cela permettrait aux archéologues de savoir quand et où ce navire a été construit, d’où provenait le matériel et comment il a été réparé.

Le navire transportait 6000 amphores 

À en juger par la taille du navire, il transportait probablement environ 6000 amphores au moment où il a coulé, dit-il. Ils étaient généralement utilisés pour le transport du vin, de l’huile d’olive, des céréales et d’autres marchandises. C’est un chiffre monumental, dit Craig Barker de l’Université de Sydney, en Australie. La taille, la forme et la conception de ces conteneurs varient selon l’emplacement, ce qui permet de savoir vers où ce navire se dirigeait et d’où il venait – et les analyses d’ADN et chimiques peuvent même révéler ce qu’il contenait.
Étant donné que la coque du navire semble mesurer plus de 3 mètres de haut, Ferentinos pense qu’il pourrait également y avoir des artefacts sous les amphores. Même des babioles personnelles peuvent faire la lumière sur les antécédents des marins, dit Barker.

Des marins dont nous ne connaîtrons jamais les noms

« Cela nous met en contact direct avec des marins dont nous ne connaîtrons jamais le nom et qui sont morts il y a plus de 2000 ans », dit-il. « Nous pouvons virtuellement toucher les objets qu’ils échangeaient et manipulaient il y a des siècles. »
Cette recherche a été publiée dans Journal of Archaeological Science.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Une épave romaine vieille de 2000 ans a été découvertemartinDécouverte
Une épave romaine vieille de 2000 ans trouvée avec des milliers de conteneurs bien conservés peut révéler des indices sur les gens qui ont vécu au début de l'Empire romain, ainsi que sur leur économie et leur commerce. George Ferentinos de l'Université de Patras, en Grèce, et ses collègues...