personne-suicidaire-deux-réseaux-cérébraux-se-comportent-différemment
Les personnes suicidaires semblent avoir des schémas inhabituels d’activité cérébrale. Ces différences ne sont pas assez grandes pour identifier les personnes qui pourraient essayer de se suicider. « Mais nous espérons qu’ils nous fourniront plus d’informations sur ce qui peut se passer en matière de mécanismes cérébraux », dit Anne-Laura van Harmelen de l’Université de Cambridge.

Deux réseaux cérébraux se comportent différemment

Ces résultats proviennent d’un examen de 131 études de scintigraphie cérébrale, portant sur plus de 12 000 personnes. L’analyse visait à déterminer s’il existait des schémas distincts d’activité cérébrale chez les personnes qui avaient fait des tentatives de suicide ou qui avaient songé au suicide.
La plupart de ces études ont comparé des personnes atteintes d’un certain état de santé mentale, comme la dépression, qui avaient des antécédents de comportement suicidaire, à un groupe semblable qui n’était pas devenu suicidaire, ou à des personnes sans problème de santé mentale.
Van Harmelen et ses collègues ont constaté que deux réseaux cérébraux semblent fonctionner différemment. L’une d’entre eux concerne les zones situées à l’avant de la tête connues sous le nom de cortex préfrontal médial et latéral ventral et leurs liens avec les régions impliquées dans les émotions. Cela peut mener à des difficultés à réguler les émotions, dit van Harmelen. Un deuxième concerne les régions connues sous le nom de cortex préfrontal dorsal et le système du gyrus frontal inférieur, qui jouent un rôle dans la prise de décision.
Cependant, les différences dans ces réseaux cérébraux peuvent simplement refléter le fait que les personnes suicidaires vivent une plus grande détresse, plutôt que d’indiquer des pensées suicidaires.

Un test sanguin plutôt que des questionnaires

D’autres groupes tentent de mettre au point un test sanguin pour prédire les comportements suicidaires – mais cela n’a pas encore été transformé en quelque chose qui peut être utilisé en clinique. À l’heure actuelle, les psychiatres ont tendance à utiliser des questionnaires de dépistage pour trouver les personnes les plus à risque, mais ceux-ci ne sont pas très précis.
Cette recherche a été publiée dans Molecular Psychiatry.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Les gens suicidaires ont des schémas cérébraux inhabituelsmartinBiologie
Les personnes suicidaires semblent avoir des schémas inhabituels d'activité cérébrale. Ces différences ne sont pas assez grandes pour identifier les personnes qui pourraient essayer de se suicider. 'Mais nous espérons qu'ils nous fourniront plus d'informations sur ce qui peut se passer en matière de mécanismes cérébraux', dit Anne-Laura van...