des-antibiotiques-hybrides-contre-les-biofilms

À elles seules, les bactéries ne sont pas trop difficiles à tuer. Le problème, c’est que les bactéries ont tendance à construire des colonies derrière des barrières appelées biofilms, qui sont difficiles à pénétrer pour les antibiotiques. Maintenant, des chercheurs de la Queensland University of Technology (QUT) ont mis au point un antibiotique hybride qui peut perforer certains biofilms.

Un antibiotique qui perce les biofilms

Les biofilms posent un problème particulier dans les endroits exposés aux bactéries pendant de longues périodes, y compris les outils médicaux comme les cathéters ou les implants. Il est donc plus difficile pour les médicaments ou les produits chimiques antibactériens de percer ces biofilms et de faire leur travail, ce qui mène souvent à une résistance aux antibiotiques et peut-être à des infections récurrentes.

Mais les chercheurs de cette étude disent qu’ils ont mis au point une nouvelle méthode pour renfoncer le pouvoir pénétrant des antibiotiques.

« Les biofilms sont un revêtement collant et visqueux qui empêche souvent les antibiotiques conventionnels d’accéder aux cellules bactériennes », explique Anthony Verderosa, coauteur principal de cette étude. « Nous avons mis au point une nouvelle forme d’antibiotique qui aide les biofilms à libérer leurs cellules en permettant d’y accéder par le revêtement visqueux protecteur du biofilm. Cela permet d’éradiquer les biofilms. »

Une combinaison de médicaments déjà utilisés

Cette « nouvelle forme » est une combinaison d’un antibiotique largement utilisé connu sous le nom de ciprofloxacine, avec des composés appelés nitroxydes. Ces derniers se sont récemment avérés efficaces pour éliminer les biofilms, laissant la ciprofloxacine entrer et tuer les bactéries.

L’équipe a testé ce mélange sur des biofilms faits par des staphylocoques dorés (Staphylococcus aureus). Elle a constaté que les antibiotiques hybrides pénétraient efficacement dans les biofilms et éradiquaient les bactéries et, mieux encore, qu’il fallait moins de ciprofloxacine que d’habitude pour faire le même travail. De pls , l’équipe n’a pas observé de signes de toxicités pour les cellules humaines saines.

« Ce qui est prometteur, c’est que nos composés sont des hybrides de médicaments qui sont déjà utilisés en clinique comme thérapies autonomes, comme les antibiotiques et les nitroxydes classiques, ce qui laisse espérer qu’ils pourront être transposés en thérapies cliniques dans un avenir pas si lointain », explique Makrina Totsika, coauteure principale de cette étude.

L’équipe explique leur découverte dans la vidéo ci-dessous

Cette recherche a été publiée dans Antimicrobial Agents and Chemotherapy.

Source : Queensland University of Technology
Crédit photo : Pixabay

Des antibiotiques hybrides contre les biofilms bactériensmartinbiothechnologie
À elles seules, les bactéries ne sont pas trop difficiles à tuer. Le problème, c'est que les bactéries ont tendance à construire des colonies derrière des barrières appelées biofilms, qui sont difficiles à pénétrer pour les antibiotiques. Maintenant, des chercheurs de la Queensland University of Technology (QUT) ont mis...