nouveau-traitement-contre-les-calculs-rénaux
Les calculs rénaux sont un problème de santé qu’une personne sur dix traversera au cours de sa vie et, bien que relativement gérables, ils peuvent parfois être très douloureux. Aujourd’hui, des chercheurs du MIT ont découvert une combinaison particulière de deux médicaments qui peuvent détendre les voies urinaires, ce qui permet aux calculs de passer plus facilement.

Une combinaison de médicaments pour détendre les voies urinaires

Les calculs rénaux sont de petits morceaux de minéraux durcis qui se forment dans les reins. Normalement, ils partent par eux-mêmes, mais l’expérience est loin d’être agréable – ils peuvent causer une douleur intense lorsqu’ils se déplacent dans l’uretère, le tube qui relie les reins à la vessie.
Dans le cadre de cette nouvelle étude, les chercheurs ont donc entrepris de déterminer si l’administration de relaxants musculaires directement dans l’uretère pouvait rendre le passage des calculs moins douloureux. Pour ce faire, ils ont d’abord testé 18 médicaments différents sur des cellules urétérales humaines cultivées dans un plat en laboratoire et ont mesuré les effets de relaxation musculaire de chacun.
Après des recherches et des analyses approfondies, ils en ont trouvé deux qui fonctionnaient particulièrement bien – la nifédipine, qui est utilisée pour traiter l’hypertension artérielle, et un inhibiteur de la protéine kinase associée à Rho, qui traite le glaucome. Ils ont découvert que ces deux médicaments fonctionnaient encore mieux ensemble.

Ce combo a été testé sur des porcs

La combinaison de ces médicaments a été testée sur des uretères prélevés sur des porcs et a révélé qu’ils pouvaient réduire le nombre et la durée des contractions des uretères. Ce sont ces contractions qui causent la douleur.
Ensuite, ils ont testé ces médicaments sur des porcs vivants, en les administrant par cystoscope directement dans l’uretère. Ces expériences ont donné des résultats similaires, éliminant presque complètement les contractions.
Il est important de noter que les chercheurs n’ont trouvé aucune trace des médicaments dans le sang des porcs après ce test. Cela signifie que les médicaments demeurent la plupart du temps dans la zone immédiate qu’ils doivent cibler, ce qui devrait réduire les risques d’effets secondaires ailleurs dans le corps.

Une technique pour d’autres interventions similaires

L’équipe dit qu’il y a encore du travail à faire, pour déterminer s’il est sécuritaire pour les humains de procéder de cette façon, combien de temps les effets relaxants musculaires durent et combien il en faudrait pour aider les calculs rénaux à passer sans causer de douleurs. Outre les calculs rénaux, cette technique pourrait être utile pour d’autres interventions similaires, comme la pose d’extenseurs vasculaires ou l’utilisation d’endoscopes.
Cette recherche a été publiée dans Nature Biomedical Engineering.
Source : MIT
Crédit photo : Pixabay