une-protéine-du-cerveau-pourrait-protéger-contre-la-maladie-Alzheimer
De nouvelles recherches ont démontré que la version la plus courante d’une protéine appelée CD33 joue un rôle crucial dans la régulation des globules blancs dans le cerveau humain, ce qui pourrait avoir des implications importantes dans la lutte contre la maladie d’Alzheimer.

La protéine CD33 permet de réguler des microglies

Cette étude s’appuie sur des recherches antérieures qui avaient identifié cette protéine comme un facteur pouvant réduire la probabilité qu’une personne soit atteinte de la maladie d’Alzheimer. Cependant, moins de 10 % de la population possède cette version de CD33, par opposition à la version la plus courante.
Selon le chimiste et immunologiste Matthew Macauley, de l’Université de l’Alberta, dont le laboratoire a dirigé cette étude,  » les globules blancs dans le cerveau, appelés microglies, jouent un rôle crucial dans la maladie d’Alzheimer – mais ils peuvent être nocifs ou protecteurs ».
Abhishek Bhattacherjee, qui a dirigé cette étude, a déclaré que la présence de CD33 sur la microglie suggère que les cellules immunitaires peuvent protéger le cerveau de la maladie d’Alzheimer dans les bonnes circonstances.
Si les scientifiques peuvent cibler la version la plus courante de CD33 afin d’influencer la microglie pour qu’elle ressemble davantage à celles qui possèdent la version rare et protectrice de CD33, cela pourrait ouvrir la voie à une microglie protectrice plutôt que nocive et être une clé pour traiter la maladie d’Alzheimer, a expliqué M. Macauley.

Des stratégies thérapeutiques visant à empêcher la microglie de nuire

« Ces résultats ouvrent la voie à la mise à l’essai d’un lien de causalité entre la CD33 et la maladie d’Alzheimer, ainsi qu’à la mise à l’essai de stratégies thérapeutiques visant à empêcher la microglie de nuire à la protection contre cette maladie en ciblant la CD33, a ajouté Macauley.
Les microglies ont le potentiel de « nettoyer » les plaques neurodégénératives par un processus appelé phagocytose, de sorte que l’on peut envisager une thérapie pour exploiter cette capacité à ralentir ou à inverser la maladie d’Alzheimer.
Selon l’Association Alzheimer, 747 000 Canadiens vivent actuellement avec la maladie d’Alzheimer ou une autre forme de démence. La maladie d’Alzheimer touche plus de 44 millions de personnes dans le monde.
Cette recherche a été publiée dans Communications Biology.
Source : University of Alberta
Crédit photo : Pixabay