fossile-oreille-interne-évolution-son-mammifères
Les fossiles de plusieurs mammifères ressemblant à des musaraignes qui vivaient il y a environ 120 millions d’années ont révélé les premières preuves de la séparation des os de l’oreille moyenne de la mâchoire, une étape clé dans l’évolution de l’audition.

Le fossile d’Origolestes lii révèle l’évolution de nos oreilles

Trois os minuscules dans l’oreille moyenne, connus sous le nom d’enclume, de marteau et d’étrier, sont responsables de l’audition que l’on retrouve chez les mammifères, comme les dauphins et les chauves-souris.
Les biologistes pensent que cette architecture complexe a évolué au fur et à mesure que les os derrière les dents postérieures de la mâchoire inférieure se rétrécissaient et étaient repoussés. Mais les preuves fossiles expliquant comment et quand cette transition s’est produite sont rares.
Aujourd’hui, Jin Meng, du Musée américain d’histoire naturelle, et ses collègues ont découvert la preuve de ce chaînon manquant dans plusieurs squelettes presque complets d’une créature auparavant inconnue, l’Origolestes lii, qui a été découverte dans la formation de Yixian, dans la province de Liaoning, en Chine.
Les os de l’oreille moyenne de cette créature de la taille d’une taupe sont placés derrières et à la base de la mâchoire, mais comme chez les mammifères modernes, ils sont complètement séparés de la mâchoire.
En particulier, les os de l’oreille moyenne d’O. lii n’étaient pas reliés à la mâchoire par un pont appelé cartilage de Meckel – une caractéristique que l’on retrouve chez un de nos anciens parents qui vivaient à la même époque.

L’évolution des os de l’oreille moyenne

Meng dit que c’est « un instantané du moment où les deux organes se sont séparés dans le temps de l’évolution ». L’évolution de ces os petits a permis aux mammifères d’entendre des fréquences plus élevées, ce qui a pu les aider à attraper des insectes, dit Meng.
« D’autre part, la pression lorsque nous mangeons des aliments, tels que des légumes et de la viande, exige un fort mouvement de la mâchoire, qui serait limité si l’organe auditif était rattaché à la mâchoire inférieure « , dit-il.
Une fois les deux séparés, l’ouïe et la mastication ont pu évoluer rapidement sans que l’un n’altère l’autre. Tous les mammifères vivants ont une oreille moyenne distincte, mais les reptiles, les oiseaux et les grenouilles n’en ont pas – ce qui signifie qu’ils perdent l’ouïe en mangeant. En fait, l’oreille moyenne est si avantageuse que les biologistes pensent qu’elle a évolué au moins trois fois dans l’histoire des mammifères.

Ces créatures seraient mortes par un gaz volcanique

Il est possible que ces résultats représentent le précurseur de l’audition humaine, car O. lii fait partie de la lignée qui a mené à tous les marsupiaux et mammifères vivants venant d’un placenta. Ces animaux ont été retrouvés enroulés dans une position de repos, et l’équipe croit qu’ils ont pu être tués par un gaz volcanique toxique pendant leur sommeil.
Cette recherche a été publiée dans Science.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Des fossiles révèlent l'évolution de nos oreillesmartinBiologie
Les fossiles de plusieurs mammifères ressemblant à des musaraignes qui vivaient il y a environ 120 millions d'années ont révélé les premières preuves de la séparation des os de l'oreille moyenne de la mâchoire, une étape clé dans l'évolution de l'audition. Le fossile d'Origolestes lii révèle l'évolution de nos oreilles Trois...