un-seul-gène-contrôle-la-façon-dont-notre-visage-se-développera
Un seul gène contrôle une grande partie du développement du visage humain. Ce même gène est également impliqué dans la domestication des chiens, ce qui suggère que nous nous sommes domestiqués en tant qu’espèce. Cette découverte est l’une des premières preuves tangibles de l’idée que les humains sont auto-domestiqués.

Une preuve que nous nous sommes auto-domestiqués

Au fil des générations, les humains ont évolué vers des comportements et des apparences moins agressives, explique Giuseppe Testa de l’Institut européen d’oncologie de Milan, en Italie. Cela a ouvert la voie à des sociétés à grande échelle dans lesquelles des milliers, et même des millions de personnes coopèrent.
Les animaux domestiques sont clairement différents de leurs cousins ​​sauvages. Par exemple, le visage des chiens est relativement court comparé à celui du loup et ils ont souvent de petites dents et des oreilles tombantes. Les animaux domestiques ont également tendance à être plus sociables envers les humains.
Les visages humains ont le même aspect «domestiqué» par rapport aux autres espèces d’hominidés comme les Néandertaliens. Nos visages sont plus plats et ne présentent pas de crêtes visibles – et nous sommes exceptionnellement sociaux et coopératifs. En conséquence, certains scientifiques soupçonnent qu’avant de domestiquer les chiens et le bétail, nous nous étions d’abord domestiqués.

Des gènes de la convivialité

Toutes les parties du corps affectées par la domestication sont dérivées d’un seul groupe de cellules dans l’embryon en développement appelé crête neurale . Cela implique que des modifications de la crête neurale pourraient être à la base de la domestication . En étudiant les gènes qui contrôlent la crête neurale, certains biologistes espèrent montrer que les mêmes types de changements génétiques sont à l’origine de la domestication du chien et de l’homme.
L’équipe de Testa a étudié un gène appelé BAZ1B , connu pour son rôle dans le contrôle de la crête neurale. BAZ1B est crucial pour le développement du visage. Il appartient à un groupe de gènes du chromosome 7, des mutations de ce groupe sont l’origine du syndrome de Williams, une maladie génétique à l’origine des caractéristiques faciales et de l’ hyper-sociabilité. La version chien du gène a été liée à la domestication.
Les chercheurs ont neutralisé ce gène dans les cellules souches, qui peuvent se développer dans n’importe quel tissu corporel, chez les embryons en développement. En conséquence, la crête neurale était lente à se former et ne se développait pas correctement.
L’équipe a constaté que l’activité de 448 gènes était affectée, ce qui suggère que BAZ1B les contrôle tous. « BAZ1B se situe au sommet d’une hiérarchie de nombreux autres gènes», déclare Testa. « Ce gène est un maître architecte de la crête neurale crânienne. »
De nombreux gènes régulés par BAZ1B avaient déjà été identifiés comme étant importants dans l’évolution humaine récente, car nous en avons des versions différentes de celles des Néandertaliens. Le fait que ces gènes n’aient évolué que récemment et participent au contrôle de la forme du visage ajoute à la preuve que les humains sont auto-domestiqués, même si le tableau reste incomplet.

Le gène BAZ1B a également contribué à notre sociabilité

Il n’est pas clair à quel point BAZ1B a également contribué à ce que les humains deviennent plus sociables et amicaux. «Il est prouvé que BAZ1B est impliqué dans le développement du cerveau», dit Testa, ce qui suggère que cela a été le cas. Cependant, il dit que des changements sur nos visages et nos cerveaux peuvent avoir eu lieu à différentes étapes de notre évolution.
Cette étude fournit un test considérablement amélioré de l’hypothèse selon laquelle les Sapiens sont différent des Néandertaliens et des Dénisovans par son auto-domestication, déclare Richard Wrangham de l’Université Harvard. À mesure que les tests génétiques s’améliorent, nous pourrons approfondir cette idée, dit-il.
Cette recherche a été publiée dans Science Advances.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Les humains se seraient auto-domestiquésmartinBiologie
Un seul gène contrôle une grande partie du développement du visage humain. Ce même gène est également impliqué dans la domestication des chiens, ce qui suggère que nous nous sommes domestiqués en tant qu'espèce. Cette découverte est l’une des premières preuves tangibles de l’idée que les humains sont auto-domestiqués. Une...